TANT DE SOUFFRANCES A SOULAGER


Et bien voilà… Le résultat des élections européennes suscite bien des déceptions et des amertumes. Je souhaite tout d’abord remercier les militants du canton de Lomme (et europenotamment de Lomme) qui n’ont pas ménagé leur peine ces dernières semaines, qui étaient présents sur les marchés, qui ont distribué tracts, documents divers, lettres. Parce qu’ils étaient mus par la force de leur conviction. Je comprends, parce que je la partage, leur déception.

L’analyse des résultats est comme toujours assez complexe, mais on peut en tirer quelques grands axes :

1. L’abstention n’est pas une caractéristique française. Toute les pays de l’Union sont frappés par ce mal. L’Europe continue à paraître lointaine, et ses conséquences permanentes dans la vie quotidienne des européens ne sont pas perçues. Ils ne se sont donc pas sentis concernés.

2. Le recul de la social-démocratie est lui aussi un phénomène européen. Quitte à donner l’impression de vouloir minimiser la défaite (mon contradicteur David va s’en donner à coeur joie dans ses réactions à cet article 😉 ), ce recul n’est pas étonnant. Un simple coup d’oeil sur l’histoire suffit à montrer que les périodes de crise ont toujours favorisé la droite. Pourquoi ? Parce que le progrès n’est jamais à l’ordre du jour lorsque la peur s’est installée. Or les européens ont peur : pour leur emploi, pour leur salaire, pour leur avenir et celui de leurs enfants. Et les conservateurs paraissent toujours beaucoup plus rassurants dans ces moments-là… même si paradoxalement les tenants du libéralisme sont les  seuls coupables de la crise qui dévaste le monde.

3. La montée de la droite est à surveiller de près : aux Pays-Bas, en Italie, en Slovénie, en République Tchèque, en Roumanie, en Grande-Bretagne, c’est l’extrême-droite qui marque des points. Celle qui affiche désormais publiquement son racisme.

4. Le score des Verts, c’est celui de tous ceux qui ont voulu sanctionner le PS, en partie (en partie seulement, car les électeurs traditionnels du PS ont, eux, grossi les rangs des abstentionnistes). L’autre partie, c’est la part du rêve qu’ils ont réussi à montrer du doigt… et que nous devons réaliser pleinement. Celui d’une autre société. Nous ne cessons d’appeler ici à tourner enfin la page libérale, pour écrire celles d’une autre vie dont la solidarité sera le coeur. Le discours environnementaliste des Verts est juste… mais il n’est qu’environnementaliste. Force est de constater qu’ils interviennent peu, pour le moins, sur le financement des retraites, sur la sécurité, sur la politique économique, sur la politique sociale, sur la santé, sur l’industrie (hormi pour parler pollution), sur la recherche, sur l’école, sur le système éducatif… ? La préoccupation environnementale est bien entendu majeure et les Verts ont raison et la portent à merveille, mais elle ne suffit évidemment pas. La gauche et le PS ont la responsabilité d’inventer l’avenir. Tout simplement 😉

Voilà pourquoi, dès aujourd’hui, c’est debout qu’il faut continuer. Il y a tant de souffrances à soulager.

ESCALADER OU TRAVAILLER


Je découvre ces jours derniers dans la presse que nos amis Verts de Lomme sont verts de colère à propos du pont de la rue Jules Guesde. Et de multiplier les escalades du pont, diurnes et désormais nocturnes, et d’ameuter la presse, et d’enfiler les déclarations plus martiales les unes que les autres afin de montrer leur détermination, et d’expliquer à qui veut l’entendre que rien ne bouge, que le conseiller général et le maire ne font rien, etc… Je me permettrais ici un conseil : se renseigner d’abord permettra toujours d’éviter les escalades vélocypédiques inutiles.

Reprenons au début : nous sommes tous d’accord pour constater que ce pont, qui relie les quartiers de Mitterie/Bourg/Délivrance à Marais/Mont-A-Camp, est particulièrement dangereux. D’une part parce qu’il est très fréquenté et que la circulation y est très dense ; d’autre part parce qu’il est étroit, endommagé, et donc risqué pour les deux roues et les piétons. Lors de la campagne électorale des cantonales j’avais fait un certain nombre de propositions, et je m’étais engagé à prendre ce dossier à bras le corps si j’étais élu. Et bien figurez-vous que c’est ce que j’ai fait ! Non pas sous la pression des escalades de pont, mais tout simplement parce que je l’avais promis il y des mois… La reprise du pont de la rue Jules Guesde fait donc l’objet de deux opérations (pour être précis : « LLG199-RD341 – Elargissement de trois ouvrages d’art » et « LLF015-RD341 – Renforcement de chaussée« , selon les codifications techniques du Conseil général), et toutes deux sont désormais inscrites en études complémentaires du Plan routier départemental 2005-2010.

Concrètement, cela signifie que la maîtrise d’oeuvre de ces opérations a été confiée à un bureau d’études extérieur le 26 août 2008 (élu en mars, je pouvais difficilement faire plus vite !). Ce bureau a pour mission de réaliser les études préliminaires qui permettront de mettre en lumière les différentes variantes possibles, notamment pour améliorer les circulations douces : encorbellement (c’est-à-dire élargissement du pont) ou passerelle indépendante (ma proposition de la campagne électorale, puisque, en ce qui me concerne, j’ai fait des propositions sur ce dossier…). La Ville de Lomme et votre serviteur seront bien entendu associés à toute la démarche, afin de disposer d’un rendu de l’étude préliminaire au printemps 2009, et de statuer alors sur le choix de la variante.

Mais il faut être clair et ne rien laisser croire d’impossible aux Lommoises et aux Lommois : il y aura ensuite des délais incompressibles avant de passer aux travaux. D’abord lancer une concertation avec eux, ensuite procéder à l’enquête publique obligatoire, aux acquisitions foncières, et réaliser le dossier technique d’avant-rojet dont ont voit bien qu’il sera complexe. Du fait des délais administatifs et d’études que requiert l’ensemble de ces procédures, il n’est pas possible d’envisager un début des travaux d’ici trois-quatre ans. Je ne ferai croire à personne que l’on pourra aller plus vite. C’est une question d’honnêteté et de responsabilité.

D’ici là, j’ai demandé aux services concernés du Conseil général d’envisager des solutions provisoires. Elles seront forcément limitées, compte-tenu de la faible largeur du pont… c’est d’ailleurs le problème principal. Bien entendu, je vous tiendrai informés des évolutions du dossier, comme je m’y étais engagé dès mon élection. On ne réglera pas ce problème en faisant du vélo de nuit sous des banderolles, mais en travaillant. C’est ce que je fais.

MERCI !!!


Merci de tout coeur à toutes celles et ceux qui ont bien voulu m’accorder leurs suffrages ce dimanche, pour le second tour des élections cantonales. Merci de votre confiance, surtout. Je mesure le poids de la charge et les enjeux. Merci à ceux qui m’ont apporté leur soutien : Yves Durand, bien sûr, et l’ensemble des socialistes ; Lise Daleux pour les Verts ;  Jean-Pierre Staelens pour le Parti Communiste, et le conseiller général sortant Modem Denis Vinckier. Je me suis engagé à vous associer et vous informer de l’action que je vais mener au cours de ce mandat. Ce blog continuera a être notre lieu de dialogue et de rencontre. A très bientôt. L’installation du nouveau Conseil général a lieu ce jeudi. Je vous en dirai donc plus cette semaine. 

Retrouvez l’ensemble des résultats ici : http://www.ville-lomme.fr/tiny/Lomme.php?rub=11

Pour le 2ème tour, RASSEMBLEMENT DES FORCES DE GAUCHE ET DE PROGRES


appel-a-voter-2nd-tour.jpg

%d blogueurs aiment cette page :