CONSEIL GENERAL : 555,6M€ pour la lutte contre les exclusions et la solidarite… et l’Etat détourne la tête !


Trois jours de séance plénière viennent de se terminer au Conseil général, afin de voter le budget pour l’année 2012. J’ai eu l’occasion, ce matin, d’y présenter le budget de la délégation que m’a confiée en avril dernier le Président Patrick KANNER. Plus de 555 millions d’Euros, 555,6 pour être précis consacrés à cette thématique, dans un département qui, plus que d’autres, souffre de la crise, des inégalités, de l’injustice. Une majorité de cette somme est consacrée au paiement du RSA… dans un contexte très particulier. Rappelons d’abord que le RSA, c’est environ 450€ par mois (qu’on ne me parle pas de ceux qui se complairaient dans le fait de toucher une telle somme ! La chasse aux pauvres est ouverte à droite depuis longtemps !), et que presque 128 000 personnes en sont allocataires dans le Nord. Cela signifie aussi que 300 000 personnes environ vivent « sur » cette allocation (des mères seules avec leurs enfants par exemple). C’est 12% de la population de notre département… et presque le double de la moyenne nationale ! Si le Conseil général est chargé de gérer cette allocation et l’ensemble du dispositif,  c’est l’Etat qui doit payer cette somme, s’agissant d’un dispositif national. Or, dans le Nord, le RSA représente 485 M€… et l’Etat ne compense qu’à hauteur de 370M€, soit une différence de 115 millions ! Imaginez ce que nous pourrions engager comme actions supplémentaires avec 115M€… Et bien entendu, le Conseil général fait face à son devoir de solidarité en engageant cette somme sur son budget propre. Pas question, évidemment, d’abandonner ceux qui sont dans la précarité. Le CG gère le dispositif, ce qui m’a amené à faire des propositions d’amélioration du système, en faveur des allocataires : amélioration des délais de prise en charge et rapidité accrue dans le traitement des dossiers, meilleure orientation pour un suivi individuel renforcé, travail sur la formation et la pré-formation, accès élargi aux chantiers d’insertion, communication, renforcement du travail avec les centaines d’associations partenaires… Mais ces 115M€ me restent en travers de la gorge !

Publicités

Bonne année…


Je me joints à Martine Aubry… Quels voeux pour 2011 ?… Des voeux politiques bien entendu : parce que la politique c’est l’organisation de la cité et de la société, ce sont les choix qui influent sur la vie quotidienne. Des voeux pour que nous sortions de la terrible ornière dans laquelle ce pays est coincé. Des voeux d’avenir pour les 25% de jeunes qui sont en recherche d’emploi. Des voeux de fin du tunnel pour toux ceux, si nombreux, qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts alors qu’ils ont un emploi. Des voeux de soulagement pour celles et ceux qui cherchent un logement, qui vivent dans l’insalubrité, qui sont au chômage. Des voeux de santé, bien sûr, pour ceux qui souffrent et se battent. Des voeux aussi, pour que se renforce, se prépare au mieux, s’organise, l’alternance politique dont nous avons tellement besoin. Celle qui ramènera la solidarité au coeur des combats quotidiens, qui tendra de nouveau le bras, qui mettra en action d’autres valeurs, qui rejettera clairement l’intolérance, l’inégalité, l’exclusion, la haine. Celle qui redonnera espoir à tous ceux qui sont écrasés par le système qu’on nous impose. Des voeux pour qu’ils ferment leurs portes, les Restos du coeur, les Secours populaires et autres associations de bénévoles, jour après jour sur le front de la pauvreté galopante. Et puis, bien sûr, des voeux de réussite pour chacun et chacune d’entre-vous, de bonheur. Des voeux pour que se réalisent vos souhaits les plus chers et les plus intimes.  Très bonne et et très heureuse année 2011 !

L’ENJEU DU 24 JUIN


C’est le site internet Agoravox qui s’est livré à l’exercice consistant à dresser la liste des scandales dans lesquels le pouvoir sarkozien a trempé, trempe ou risque de tremper. Je me contenterai d’en citer quelques uns, en laissant beaucoup de côté par simple manque… de place (à commencer par la fameuse soirée au Fouquet’s, qui donnait le top départ d’un mode de gouvernement entièrement centré sur le fric et l’apparence). Citons donc, dans le désordre : le salaire de Christine Boutin, les 12 000€ de cigares de Christian Blanc, l’explosion du budget voyage de l’Elysée, l’avion présidentiel, le feuilleton du fiston à l‘EPAD, les préfets virés pour des sifflets, les déclarations présidentielles sur le « coupable » Villepin avant que ce dernier ne soit jugé, Clearstream dans son ensemble, l’affaire Bettencourt, l’affaire de Karachi… N’en jetez plus ! La liste est tout simplement stupéfiante. Et encore, il ne s’agit là que d’une liste qui souligne des comportements, des façons d’être, de vouloir et de prendre. Ces gens-là, comme chantait Brel, se croient seuls au monde, maîtres du monde. Sur le fond, Sarkozy et les siens mènent une politique profondément rétrograde, réactionnaire et injuste. Retraites, santé, sécurité, enseignement, protection sociale, culture… tout au marché, tout pour le marché !

Nous vivons sous la coupe du plus incroyable régime que la France ait connu depuis très très longtemps. L’expression « droite décomplexée » a parfois été employée. C’est pire que cela. Droite ultraconservatrice, ultralibérale, médiocre, insultante, méprisante, et je dirais même inhumaine. Au sens propre, c’est-à-dire n’ayant à aucun moment le souci de l’humain, le réflexe de solidarité, le désir d’alléger les souffrances, la volonté de l’intérêt général. Inhumaine parce que totalement auto-centrée. Inhumaine parce qu’ayant mis plus haut que tout des systèmes (je n’ose pas dire des valeurs), ou des principes de fonctionnement qui privilégient avant tout l’égoïsme, le marche-ou-crève, l’injustice organisée. Nous avons affaire à un gouvernement de classe, qui appliquera sa politique, qui détruira scrupuleusement et avec soin, qui démontera en permanence tous les régimes de solidarité… jusqu’à la dernière minute. C’est la politique de la terre brûlée : il ne restera rien de la France solidaire, humaine, inventive, forte, éclairée, lorsqu’ils partiront…. SAUF, et c’est bien sûr là que je veux en venir, si la gauche se présente forte et déploie sa capacité de mobilisation de manière croissante d’ici 2012. Le Parti socialiste, sous la direction de Martine Aubry, s’est retrouvé et est de nouveau crédible, quoiqu’en disent tous ceux qui, à droite, en sont mortifiés. C’est pourquoi il nous faut absolument réussir la manifestation du 24 juin, à laquelle je vous engage à participer très très nombreux. Il faut jeudi frapper fort, donner un nouveau coup. Car c’est bien d’un combat frontal qu’il s’agit.

LOMME SOLIDARITE


Deux manifestations locales, fin de semaine dernière et début de celle-ci, qui soulignent à quel point la solidarité est une valeur vécue profondément au quotidien à Lomme. D’abord la remise d’un chèque de 500€ par le Comité d’Entente des anciens combattants à Handilom.  Notons d’abord que 500€ est une somme importante dans le budget des associations locales. Une somme qui aurait pu aller légitimement en direction des anciens combattants eux-mêmes. Mais non, comme l’a dit Daniel Vonnier au nom du Comité, les anciens combattants ont souhaité soutenir ainsi un autre combat, celui des personnes handicapées, et les efforts incessants de Victor Martins-Felipe et son équipe pour intégrer les handicapées dans la vie quotidienne. Et c’est Handilom qui emmène ses adhérents faire de la moto ou du cheval, affichant ainsi de manière éclatante que chacun à sa place dans la société, quelle que soit la difficulté rencontrée. Et c’est Handilom qui aide aussi à lever un obstacle quotidien : le regard des autres. Et cet obstacle là n’est pas forcément, hélas, de ceux qui bougent le plus facilement.

Et puis c’était lundi l’assemblée générale d’Amis sans frontières. Là aussi, on touche du doigt la passion des autres, l’investissement de tous les instants, le coeur érigé en slogan et en raison de vivre. On est dans la solidarité que vous ne voyez quasiment jamais à la télévision. La solidarité de la main tendue chaque jour, des petits gestes, des petits ruisseaux qui viendront gonfler les grandes rivières. La solidarité qui met l’homme au coeur de tout. Les émigrants de la jungle de Calais qui ont tout simplement besoin de vêtements qui les protègent du froid, et à qui ont fourni des bonnets tricotés au jour le jour. Les Moldaves qui manquent eux-aussi de tout et à qui fourni des livres récupérés par dizaines. Et des projets toujours, comme celui de pouvoir agir pour Haïti, ou tout s’est croulé, au propre comme au figuré, il y a quelques semaines.

Merci à eux pour tout.

RIEN A TIRER !


sarko+fillonIl n’y a décidément rien à tirer de ce gouvernement, dont la seule stratégie consiste à aligner les mots quand il faut parler des plus modestes, des plus nécessiteux… et à mettre en place les mesures les plus injustes lorsqu’il faut satisfaire les privilégiés. C’est du reste une fracture de fond entre la droite la gauche qui est mise en lumière par la politique de Sarkozy, et confirmée aujourd’hui par François fillon (dont on ne sait toujours pas ce qu’il fait exactement dans la vie : porte-parole de Sarkozy ? concierge de Matignon ? …), qui tenait les propos suivants : « En 2010 nous allons geler la progression des dépenses de l’Etat en volume. Pour y parvenir nous maintiendrons la règle du non-remplacement d’un départ en retraite sur deux dans la fonction publique, soit 34.000 postes en moins, et nous accélérerons l’effort de la révision générale des politiques publiques (RGPP) ». Cette fracture, c’est la conception fondamentalement différente que nous avons du rôle et de la place de l’Etat. Là où nous pensons que l’Etat doit avoir un rôle de régulation et de protection, là où nous croyons qu’il doit faire acte de solidarité, de présence, de soutien, notamment auprès des plus faibles… la droite pense, elle, que l’Etat n’a pas à intervenir dans la vie de nos concitoyens, que le marché fait cela très bien, que son rôle doit se limiter au strict minimum (police-justice-armée… et encore : quelle police ? quelle justice ? quelle armée ?…), et que le seul soutien efficace, c’est celui des privilégiés (qui, bien entendu, « tirent » la société vers le haut). En clair, les propos de François Fillon signifient tout simplement que la présence de l’Etat, des services publics (et donc des services au public) va continuer à décroître massivement. Moins de policiers, moins d’enseignants… mais plus de cours privés payants, plus de vidéosurveillance… Lamentable mais parfaitement cohérent au regard de l’idéologie de la droite au pouvoir. Désespérant aussi… d’autant qu’en surfant sur internet aujourd’hui, deux chiffres ont retenu mon attention : « (…) Le taux de croissance annuel des salaires des 0,1% de Français les mieux payés a été de quatre à cinq fois supérieur à celui des 10% du bas de l’échelle (entre 1983 et 2007) » (lemonde.fr), d’une part… Le couple Sarkozy-Bruni envisage d’acquérir une nouvelle résidence : soit l’ancien couvent des Pères Carmes dans le XVIème arrondissement, évalué à 12 millions d’Euros, soit l’appartement de feu Yves Saint-Laurent dans le VIIème arrondissement, dont on ne connaît pas le prix, mais qui fait 700m2, d’autre part… (lepost.fr). Je préfère ne pas commenter. 

SOUHAITS CACHES…


bonheur1Sauf erreur de ma part, il s’agit là du symbole du bonheur, dans la culture asiatique. Et que souhaiter de plus pour chacun et chacune d’entre vous en ce début d’année 2009 qu’on nous annonce terrible ? Le bonheur bien sûr. Sous toutes ses formes, à travers tous ses visages. Le bonheur de la famille et des enfants, le bonheur d’éviter la maladie pour vous et vos proches, d’en sortir pour ceux qui sont frappés d’une manière ou d’une autre. Le bonheur de connaître la solidarité, l’entraide, l’écoute pour tous ceux qui en ont besoin. Le bonheur de passer à travers les mauvaises gouttes de la crise qui est là et qui arrive encore. « L’homme qui réclame la liberté, c’est au bonheur qu’il pense« , écrivit un jour Claude Aveline. Je vous souhaite aussi ce bonheur de la liberté qui ne vous enchaîne à rien ni personne. Et puis, je vous souhaite ce que vous ne direz à personne, ces souhaits secrets, cachés, intimes… mais profonds et lourds. Qu’ils se réalisent en 2009. Bonne année à toutes et tous.

En route …


Heureux de vous retrouver après quelques jours de repos. Le mandat de conseiller général qui débute sera véritablement passionnant en termes de services aux habitants du canton de Lomme/Les Weppes. Les taches ne manquent pas. Mes collègues du Conseil général m’ont fait l’honneur de m’élire Président de la commission Solidarité. Une des plus intéressantes, à mon sens, puisque la mission m’est ainsi confiée d’animer les débats préalables aux séances du Conseil, sur l’ensemble des délégations présentées par les 6 Vice-présidents concernés. On y présentera donc l’ensemble des politiques concernant les personnes âgées, les handicapés, le logement social… mais j’aurai l’occasion de vous tenir informés de tout cela.

Comme promis pendant la campagne électorale, je mettrai en place à la rentrée un Conseil cantonal de concertation. A la rentrée… parce que d’ici là je rencontrerai l’ensemble des maires du canton afin de leur proposer un mode de fonctionnement, collégial et partagé par tous, et des critères de représentation (élus, associations). Le document de synthèse sera ici en  ligne dès qu’il sera définitif (avant l’été).

Et puis, je vous tiendrai bien sûr également informé des orientations possible et des débats sur la question des aménagements à venir dans le canton (routes, travaux, pistes cyclables etc…). Une réunion du Comité de pilotage regroupant l’ensemble des élmus concernée a lieu dès ce 27 mai. On en reparle donc bientôt.

%d blogueurs aiment cette page :