De l’intérêt de la proximité …


Elu maire il y a (déjà) plus de deux mois, j’ai décidé d’aller le plus souvent possible à la rencontre des lommoises et des lommois, sur leur lieux de vie, dans leur quartier, afin de voir avec eux comment nous pouvons, ensemble, améliorer le quotidien. Ces « Rendez-vous du maire » se déroulent le samedi matin. Je ne peux hélas tout résoudre, et les plus terribles difficultés rencontrées par nos concitoyens ont trait le plus souvent à l’emploi et au logement. Dans ces domaines, le maire, dans ses compétences, peut intervenir de deux manières. En ce qui concerne l’emploi, il peut jouer le rôle d’intermédiaire avec des employeurs potentiellement intéressés, mettre en contact, valoriser des parcours, soutenir des volontés et des initiatives, s’intégrer sans les dispositifs publics. Cela « marche » parfois… mais il est évident que c’est la situation économique nationale qui peut constituer le principal levier, et donc la politique menée par le gouvernement. J’y reviendrai un autre jour, tant il y a à dire et à débattre. En ce qui concerne le logement, nous menons une politique très active. Mon prédécesseur avait coutume de rappeler qu’il avait 1000 demandes de logement social en attente en moyenne sur son bureau. J’en suis à plus de 1500… Plusieurs raisons à cela : les loyers excessifs dans le privé auxquels de moins en moins de personnes ont accès, et le manque de logements disponibles. C’est pourquoi nous avons bâti un vaste programme qui nous permettra de disposer de 3000 logements supplémentaires à Lomme d’ici 2016. Mais pas n’importe quels logements : systématiquement 1/3 de logements sociaux, 1/3 d’accession sociale, et 1/3 en privé, de manière à ce que chacun puisse se loger selon ses moyens. Nous voulons que ces logements soient accessibles, mais aussi beaux, modernes, aux normes les plus actuelles en matière d’économies d’énergie, et bénéficiant d’un environnement agréable.  Là aussi, j’y reviendrai en détail une autre fois… Nous devons tout cela, nous vous le devons.

Ces « Rendez-vous du maire » sont aussi l’occasion de travailler sur tous les moyens que nous pouvons mettre en oeuvre pour améliorer la vie quotidienne, le cadre de vie, l’environnement. Et les Lommois sont dans ce domaine très imaginatifs ! Ces rencontres sont précieuses, car nous partageons, nous échangeons, nous imaginons ! Tout ne peut être fait, résolu immédiatement : aujourd’hui les partenaires de la mairie sont nombreux (Lille Métropole Communauté Urbaine, bailleurs sociaux, Conseil général…), mais tout est pris en compte, et je peux vous assurer de ma détermination totale pour faire en sorte que toute difficulté trouve une solution… Merci à tous ceux que je rencontre, merci de vos remarques, vos suggestions, et pourquoi ne pas le dire de vos critiques aussi, qui font avancer les choses ! Continuons à bâtir Lomme ensemble !

Publicités

Le témoignage de Novalie…


Une fille sur son lit dans sa chambre (Artsy Aubs/Flickr/CC).Bon, une fois pour toutes et pour répondre aux quelques questions que j’ai reçues ici : non, vous ne trouverez pas sur ce blog d’article sur l’Affaire, ni maintenant ni plus tard… Parce que, quelle que soit la vérité, elle laissera sur le flanc une victime qui en restera marquée à vie. Parce que je ne me sens ni armé, ni informé pour commenter quoi que ce soit de cette histoire. Parce que je n’ai pas envie d’alimenter le flot ininterrompu d’articles qui déferle sur nous depuis bientôt deux semaines. Parce que aussi, surtout, malgré ce côté dramatique, la « vraie vie » est ailleurs. Je vous propose d’ailleurs de partager une tranche poignante de vie, celle de Novalie, qui livre son témoignage sur le site Rue 89. Le titre à lui seul est dur dans sa sincérité, sa lucidité : « Chômeuse depuis six mois, ma vie sociale s’éteint« . Au moment où le gouvernement, par la voix d’un de ses membres, nous parle de l’assistanat comme d’un cancer qui rongerait ce pays, au moment où les mêmes en arrivent à chasser le mot « solidarité » de tout discours, de toute intervention, ce témoignage tout simple remet les pendules à l’heure. « Semaine pourrie (…) ruminer dans mon coin (…) « … et cette phrase terrible : « Surtout, ne pas devenir l’amie qu’on n’invite plus« … Entre espoir et confiance, déstabilisation et doute, angoisse et peur… Ce petit récit vaut mieux que tous les développements sur les chômeurs qui profiteraient du système, sur les assistés confortablement installés dans leur situation. Novalie raconte la vie telle qu’elle est : http://eco.rue89.com/2011/05/19/ma-vie-sociale-sest-eteinte-quand-est-arrive-le-chomage-203889

%d blogueurs aiment cette page :