L’AUTRE MANIF DU 6 NOVEMBRE


Simone Veil défendant son texte à l’Assemblée nationale

On en a moins parlé, on les a moins médiatisées, moins expliquées… mais les manifestations de ce 6 novembre, ce sont aussi celles qui visent à défendre l’accès des femmes à l’IVG. Plus de trente ans après la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse, à la suite du combat difficile mené par Simone Veil, c’est Roselyne Bachelot qui remet finalement en cause ce droit fondamental. Non pas sur le principe, mais en réduisant drastiquement les possibilités pratiques d’accéder à l’IVG. C’est une des conséquences terribles de la désormais fameuse loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST) de l’été 2009. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, des postes sont supprimées, des établissements sont regroupés et d’autres fermés. Bref, cette loi réduit l’accès des patients à la santé sur tout le territoire, s’il fallait la résumer…

Mais en matière d’avortement, les conséquences en sont plus délicates, et parfois plus dramatiques. L’encombrement logique des centres restant amène souvent les médecins à fixer des rendez-vous plusieurs dans des délais de plusieurs semaines. Ingérable évidemment, pour des femmes pour qui le temps presse et pour qui la limite possible d’IVG est fixée légalement à douze semaines. Résultat : augmentation des consultations en cliniques privées… pour celles qui en ont les moyens, départ pour l’étranger… pour celles qui en ont les moyens. Une crainte : le retour aux avortements clandestins. C’est l’objet des manifestations d’aujourd’hui : demander tout simplement que ce qui est devenu un droit il y a plusieurs décennies redevienne tout simplement applicable. Il fallait le rappeler aussi.

Publicités

L’ENJEU DU 24 JUIN


C’est le site internet Agoravox qui s’est livré à l’exercice consistant à dresser la liste des scandales dans lesquels le pouvoir sarkozien a trempé, trempe ou risque de tremper. Je me contenterai d’en citer quelques uns, en laissant beaucoup de côté par simple manque… de place (à commencer par la fameuse soirée au Fouquet’s, qui donnait le top départ d’un mode de gouvernement entièrement centré sur le fric et l’apparence). Citons donc, dans le désordre : le salaire de Christine Boutin, les 12 000€ de cigares de Christian Blanc, l’explosion du budget voyage de l’Elysée, l’avion présidentiel, le feuilleton du fiston à l‘EPAD, les préfets virés pour des sifflets, les déclarations présidentielles sur le « coupable » Villepin avant que ce dernier ne soit jugé, Clearstream dans son ensemble, l’affaire Bettencourt, l’affaire de Karachi… N’en jetez plus ! La liste est tout simplement stupéfiante. Et encore, il ne s’agit là que d’une liste qui souligne des comportements, des façons d’être, de vouloir et de prendre. Ces gens-là, comme chantait Brel, se croient seuls au monde, maîtres du monde. Sur le fond, Sarkozy et les siens mènent une politique profondément rétrograde, réactionnaire et injuste. Retraites, santé, sécurité, enseignement, protection sociale, culture… tout au marché, tout pour le marché !

Nous vivons sous la coupe du plus incroyable régime que la France ait connu depuis très très longtemps. L’expression « droite décomplexée » a parfois été employée. C’est pire que cela. Droite ultraconservatrice, ultralibérale, médiocre, insultante, méprisante, et je dirais même inhumaine. Au sens propre, c’est-à-dire n’ayant à aucun moment le souci de l’humain, le réflexe de solidarité, le désir d’alléger les souffrances, la volonté de l’intérêt général. Inhumaine parce que totalement auto-centrée. Inhumaine parce qu’ayant mis plus haut que tout des systèmes (je n’ose pas dire des valeurs), ou des principes de fonctionnement qui privilégient avant tout l’égoïsme, le marche-ou-crève, l’injustice organisée. Nous avons affaire à un gouvernement de classe, qui appliquera sa politique, qui détruira scrupuleusement et avec soin, qui démontera en permanence tous les régimes de solidarité… jusqu’à la dernière minute. C’est la politique de la terre brûlée : il ne restera rien de la France solidaire, humaine, inventive, forte, éclairée, lorsqu’ils partiront…. SAUF, et c’est bien sûr là que je veux en venir, si la gauche se présente forte et déploie sa capacité de mobilisation de manière croissante d’ici 2012. Le Parti socialiste, sous la direction de Martine Aubry, s’est retrouvé et est de nouveau crédible, quoiqu’en disent tous ceux qui, à droite, en sont mortifiés. C’est pourquoi il nous faut absolument réussir la manifestation du 24 juin, à laquelle je vous engage à participer très très nombreux. Il faut jeudi frapper fort, donner un nouveau coup. Car c’est bien d’un combat frontal qu’il s’agit.

CA CONTINUE !


Roselyne Bachelot

Notre décidément incroyable Ministre de la santé Roselyne Bachelot a annoncé ce matin l’augmentation de 22 à 23€ le tarif de la consultation chez les médecins généralistes. Après l’augmentation du forfait hospitalier et les déremboursements de médicaments par centaines, la Ministre juge cette augmentation « légitime« . Et pourquoi ? … Tenez-vous bien : parce que cette mesure n’avait été reportée qu’en raison de la crise économique. Crise économique qui, bien entendu, est totalement derrière nous aujourd’hui. Les salariés licenciés par milliers d’entreprises qui annoncent des bénéfices, les allocataires du RSA dont le nombre explose tout simplement, les centaines de milliers de personnes qui tentent de se faire accompagner par un Pôle Emploi sur-saturé et débordé, les jeunes dont le taux de chômage est absolument dramatique… bien entendu tous ceux là sentent bien que c’est le moment où jamais d’augmenter le tarif des consultations des médecins généralistes. Presque en même temps, le gouvernement annonçait par ailleurs la baisse de 35% à 15% le remboursement de 150 médicaments. Là on ne comprends plus … C’est à cause, ou grâce, à la fin de la crise aussi ?

Au moment où les régions socialistes vont signer dès 2010 des «contrats contre les déserts médicaux» avec les communes et les praticiens qui feront le choix d’exercer dans des zones peu médicalisées, le droit à la santé pour tous est une véritable nécessité, un enjeu social et de solidarité. Une fois de plus les choix gouvernementaux s’inscrivent dans une perspective totalement opposée : celle du libéralisme le plus stupide, encore et toujours, c’est à dire celui qui favorise l’inégalité par principe. Nicolas Sarkozy détruit minutieusement un système qu’on nous envie dans le monde entier. Vivement demain…

Incertitude et espoir


La période des voeux peut paraître parfois factice. Elle l’est souvent. Difficile de toucher chacun au coeur, au plus profond, au plus sensible, au plus vrai… pour lui souhaiter ce qu’il recherche réellement le plus. Je me contenterais donc, mais avec sincérité, de vous souhaiter traditionnellement à la fois la santé, bonheur et réussite. En s’entendant bien entre nous sur le mot « réussite » : la vraie réussite, celle qui permet de s’accomplir, de retrouver la sérénité, l’harmonie.

L’année 2010 démarre sous des auspices que l’on a du mal à qualifier. Le mot incertitude convient sûrement le mieux. Et l’on a davantage de questions à poser et à se poser, que de réponses à apporter : quelle sortie de crise ? quand ? comment ? à quand la baisse du chômage ? le retour de la solidarité et de l’entraide ? etc. etc. Mais je reste persuadé que l’espoir est toujours de mise, quelle que soit la situation, que le combat ne peut et ne doit pas s’arrêter, que les efforts seront payés en retour, que le progrès social et humain reste le le plus puissant moteur, qu’il nous faut l’alimenter sans cesse en idées, en actions. « Une société s’autoproduit sans cesse parce qu’elle s’autodétruit sans cesse« , écrit Edgar Morin. Difficile de ne pas voir une forme d’autodestruction dans la marche du libéralisme depuis deux ans. Et donc de ne pas y voir l’espoir de voir émerger autre chose sur les décombres. A nous de produire.

Bonne année à tous !

Pauvres et malades : innacceptable !


On se demande sincèrement jusqu’où ira dans ce pays la glorification du fric et la vindicte envers les plus défavorisés. Ce sont désormais les bénéficiaires de la CMU complémentaire qui sont visés de manière absolument scandaleuse. Pour mémoire, la Couverture Maladie Universelle avait été instaurée (et inventée) par Martine Aubry, afin que les plus pauvres des plus pauvres puissent enfin avoir simplement accès aux soins. 800 000 de nos compatriotes, parmi les plus exclus, les plus marginalisés, notamment souvent des sans domicile fixe, pouvaient ainsi se faire soigner pour la première fois. Ah bien sûr, il s’agit d’une population qui ne vient pas des beaux quartiers, qui ne parle pas à l’imparfait du subjonctif, et qui n’a pas forcément une connaissance approfondie des bonnes manières. Mais ce sont aussi, et avant tout, des hommes et des femmes dignes de respect et de solidarité.

Or, un certain Mr Roekeghem, Directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) vient de pondre une circulaire invitant les médecins à porter plainte contre les bénéficiaires de la CMU qui ont « un comportement inapproprié« . De quoi parle-t’on ? Menaces de mort ? Agressions ?… Non, sont visés les rendez-vous non-honorés, les traitements interrompus… Faut-il rappeler à Mr Roekeghem qu’il s’agit d’une population bien souvent largement désocialisée, souffrant de pathologies graves, parfois incapable de se déplacer ? Ceux qui ont le plus besoin de la solidarité nationale, parce qu’il n’ont RIEN d’autre.

Peut-on porter plainte contre Mr Roekeghem pour son « comportement inapproprié »… et surtout totalement scandaleux ?

RGPP DANGER !


Un nouveau sigle bizarre a fait son apparition dans le langage gouvernemental et présidentiel. Il va falloir s’y habituer car je suis prêt à parier que derrière ces quatre lettres se cachera dans les mois qui viennent un train de mesures toutes plus drastiques les unes que les autres. Voilà donc la RGPP, comprenez Révision Générale des Politiques Publiques. Le mot « révision« , ne vous y trompez pas, n’a ici qu’un seul sens : il s’agit seulement de tailler, une fois de plus, dans les services publics, les services au public.

Premier objectif affiché : économiser 10 milliards d’Euros en 2009, « 5 milliards pour l’Etat et autant pour la sécurité sociale«  a annoncé Eric Woerth, Ministre du Budget, des Comptes et de la Fonction publique. Notons que ce programme d’économies sans précédent n’atteint pourtant même pas les 15 milliards par an du fameux « paquet fiscal » accordé à tous ceux qui n’ont absolument pas besoin de cadeaux fiscaux. Où seront donc faites ces économies ? Devinez !  : « Les médicaments, les économies de gestion de l’ensemble du système, des réformes sur la manière de rembourser un certain nombre de soins« .

En clair, et surtout en plus franc, cela signifie continuation de la baisse du nombre de fonctionnaires et accentuation du déremboursement de certains médicaments et soins…. alors que la santé constitue avec le logement une des pires inégalités, notamment dans notre département… alors que l’accès égal pour tous aux soins et à la santé n’est rien d’autre qu’un droit fondamental ! Et on ne vous parle ici que du domaine de la santé… Nous auront l’occasion d’aborder l’éducation nationale dans les semaines qui viennent. Non seulement les suppressions de postes vont continuer, mais à Lille c’est tout simplement la survie de l’Inspection académique qui est en jeu. 

%d blogueurs aiment cette page :