Bonne année…


Je me joints à Martine Aubry… Quels voeux pour 2011 ?… Des voeux politiques bien entendu : parce que la politique c’est l’organisation de la cité et de la société, ce sont les choix qui influent sur la vie quotidienne. Des voeux pour que nous sortions de la terrible ornière dans laquelle ce pays est coincé. Des voeux d’avenir pour les 25% de jeunes qui sont en recherche d’emploi. Des voeux de fin du tunnel pour toux ceux, si nombreux, qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts alors qu’ils ont un emploi. Des voeux de soulagement pour celles et ceux qui cherchent un logement, qui vivent dans l’insalubrité, qui sont au chômage. Des voeux de santé, bien sûr, pour ceux qui souffrent et se battent. Des voeux aussi, pour que se renforce, se prépare au mieux, s’organise, l’alternance politique dont nous avons tellement besoin. Celle qui ramènera la solidarité au coeur des combats quotidiens, qui tendra de nouveau le bras, qui mettra en action d’autres valeurs, qui rejettera clairement l’intolérance, l’inégalité, l’exclusion, la haine. Celle qui redonnera espoir à tous ceux qui sont écrasés par le système qu’on nous impose. Des voeux pour qu’ils ferment leurs portes, les Restos du coeur, les Secours populaires et autres associations de bénévoles, jour après jour sur le front de la pauvreté galopante. Et puis, bien sûr, des voeux de réussite pour chacun et chacune d’entre-vous, de bonheur. Des voeux pour que se réalisent vos souhaits les plus chers et les plus intimes.  Très bonne et et très heureuse année 2011 !

Publicités

54 500


54 500… et même un peu plus. C’est le nombre de repas qui ont été servis par les Restos du coeur de Lomme pour la seule campagne 2009-2010. Un chiffre qui laisse rêveur, et dont on peut craindre qu’il sera supérieur, hélas, pour la campagne 2010-2011. D’autres structures nous donnent des signes plus qu’inquiétants. Ainsi, 80% des Centres communaux d’action sociale (CCAS) de ce pays ont vu cette année leur fréquentation, c’est-à-dire les sollicitations, augmenter d’au moins 30%. A Lomme comme ailleurs. Ainsi, on sait que le quart des jeunes de ce pays, entre 18 et 25 ans, sont en recherche d’emploi. Ainsi, la presse se faisait l’écho il y a quelques jours encore, de ces personnes salariés, qui ont un emploi, obligées de se loger… dans leur voiture. La faute aux dettes, la faute aux prix des loyers, la faute aux montants des cautions…

Ce n’est plus seulement la précarité qui s’étend, mais la pauvreté. Je veux ici tirer tirer un grand coup de chapeau à tous ceux qui à Lomme, oeuvrent dans le champ de la solidarité. Les Restos du coeur bien sûr, qui font un travail remarquable et inlassable, mais aussi le Secours populaire, et toutes les associations lommoises qui, pour la plupart d’entre-elles, participent sous forme de dons ou de participations diverses, à cet élan de générosité malheureusement indispensable.

%d blogueurs aiment cette page :