Le témoignage de Novalie…


Une fille sur son lit dans sa chambre (Artsy Aubs/Flickr/CC).Bon, une fois pour toutes et pour répondre aux quelques questions que j’ai reçues ici : non, vous ne trouverez pas sur ce blog d’article sur l’Affaire, ni maintenant ni plus tard… Parce que, quelle que soit la vérité, elle laissera sur le flanc une victime qui en restera marquée à vie. Parce que je ne me sens ni armé, ni informé pour commenter quoi que ce soit de cette histoire. Parce que je n’ai pas envie d’alimenter le flot ininterrompu d’articles qui déferle sur nous depuis bientôt deux semaines. Parce que aussi, surtout, malgré ce côté dramatique, la « vraie vie » est ailleurs. Je vous propose d’ailleurs de partager une tranche poignante de vie, celle de Novalie, qui livre son témoignage sur le site Rue 89. Le titre à lui seul est dur dans sa sincérité, sa lucidité : « Chômeuse depuis six mois, ma vie sociale s’éteint« . Au moment où le gouvernement, par la voix d’un de ses membres, nous parle de l’assistanat comme d’un cancer qui rongerait ce pays, au moment où les mêmes en arrivent à chasser le mot « solidarité » de tout discours, de toute intervention, ce témoignage tout simple remet les pendules à l’heure. « Semaine pourrie (…) ruminer dans mon coin (…) « … et cette phrase terrible : « Surtout, ne pas devenir l’amie qu’on n’invite plus« … Entre espoir et confiance, déstabilisation et doute, angoisse et peur… Ce petit récit vaut mieux que tous les développements sur les chômeurs qui profiteraient du système, sur les assistés confortablement installés dans leur situation. Novalie raconte la vie telle qu’elle est : http://eco.rue89.com/2011/05/19/ma-vie-sociale-sest-eteinte-quand-est-arrive-le-chomage-203889

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :