DYNAMIQUE IMMOBILISME !!!


Après quelques dizaines de jours passés à l’Elysée, François Hollande se voit déjà accablé d’un bilan qui serait « creux », accusé d’immobilisme et de n’avoir rien fait. Voilà bien un procès injuste, stérile, et des accusations tout simplement fausses. Rappelons d’abord que nul Président de la République n’est tenu de réaliser en deux mois le programme qu’il va décliner en un mandat. Rappelons aussi que la situation dans laquelle la gauche trouve la France est rien moins que catastrophique, après des années d’un sarkozysme ultra-libéral, brutal et délirant. Faut-il redire, une fois de plus, le chiffre des 600 milliards de dette supplémentaire laissée par l’ancien Président… pour en rester à ce seul chiffre, d’ailleurs, tant tous les autres indicateurs de la santé de notre pays sont au rouge.

La gauche au pouvoir n’aurait donc rien fait ces dernières semaines ? Petit inventaire, et pas des moindres… Dès la fin juin Hollande obtenait d’Angela Merkel qu’un volet croissance soit ajouté au pacte de stabilité négocié précédemment avec Sarkozy. C’était censé être impossible. Toutes les politiques européennes devaient être exclusivement tournées vers la rigueur et l’austérité. Merkel n’allait jamais céder, Hollande était naïf… Et pourtant, même les responsables de la BCE déliaient alors leur propre langue pour reconnaître que le nouveau Président français traçait enfin la bonne voie. Rien fait ? Le retour au barème initial de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)… Rien fait ? La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires… Rien fait ? La baisse et le plafonnement des salaires des patrons des entreprises publiques… Rien fait ? L‘encadrement des loyers… Rien fait ? L’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire… Rien fait ? La baisse d’un tiers du salaire du Président de la République et des membres du gouvernement… Rien fait ? La création des Zones de sécurité prioritaire (ZSP) par Manuel Valls, qui seront opérationnelles dès septembre… Pas mal pour un gouvernement immobile. Et la rentrée arrive avec un programme extrêmement chargé : le grand chantier fiscal, la réforme de l’impôt, la grande loi sur l’éducation avant la fin de l’année (pour laquelle notre député Yves Durand a travaillé d’arrache-pied avec Vincent Peillon quasiment tout l’été et est de nouveau sur le pont depuis une semaine). Et puis viendra la grande réforme bancaire et tout le reste. Tout était écrit, planifié, organisé dans le calendrier des réformes annoncé par le candidat Hollande. Il s’y tient.

Ah certes, Jean-Marc Ayrault et les membres du gouvernement n’ont pas le même rapport aux médias que Rachida Dati, Frédéric Lefebvre et tous ceux qui nous ont imposé leurs frasques pendant des années, François Hollande n’a pas le même rapport au pouvoir et à l’argent que Nicolas Sarkozy… et tant mieux ! Qu’on laisse le Président présider et le gouvernement gouverner (rien que cela c’est aussi un changement). C’est une vraie politique de fond qui est en train de se mettre en place. C’est plus lourd à manier que la navigation à vue… Mais ce sera rapidement plus efficace.

Transformons l’essai !


Au chapitre des choses sans intérêt… quoique : on retiendra dans les informations de ces derniers jours que Nicolas Sarkozy a commandé en cinq ans plus de 300 sondages pour un total de 10 M€, sur des sujets aussi essentiels pour la France et l’intérêt général que, par exemple, la manière dont les Français percevaient son mariage avec Carla Bruni. On notera dans le même registre que Copé et Fillon se sont déclarés la guerre publiquement, guerre commentée par Dati et quelques autres avec une grande finesse ; que Morano en est réduite a commenter la tenue vestimentaire des ministres ; que les élus UMP sur le terrain n’hésitent plus à parler franchement d’accords avec le FN et à s’en donner à coeur joie dans le registre anti-tout (mention spéciale à Noël Faucher, maire UMP de Noirmoutier : «  »Bientôt on va nous dire que l’homosexualité est naturelle. Comme si la nature choisissait d’autodétruire une espèce« )…

Et puis il y a les choses importantes, et notamment les premiers pas de François Hollande comme Président de la République, et des ministres du gouvernement. Ils ont tout d’abord été internationaux pour le Président, avec des résultats immédiats. On a presque le sentiment que les chefs d’Etats du G8 attendaient la fin du couple Merkozy pour pouvoir réellement exprimer leur opinion. C’est la droite espagnole et italienne qui soutient l’idée d’une politique de relance et de croissance, c’est Obama lui-même qui confirme, c’est la presse allemande qui estime qu’Hollande a totalement volé la vedette à Merkel par ses propositions, c’est la question des euro-bonds qui n’est désormais plus taboue… et c’est surtout tout le débat européen qui se cristallise aujourd’hui autour des propositions du Président de la République française. N’omettons pas l’accueil nettement positif de Manuel Valls au Ministère de l’intérieur, le débat de fond qui s’est engagé avec les parents d’élèves sur les rythmes scolaires (débat de fond : cela faisait longtemps qu’on n’avait pu souligner cette expression).

Néanmoins ne nous trompons pas : les socialistes ne sont pas entrés au pays des merveilles. Sarkozy laisse un bilan calamiteux, une dette catastrophique, des Français divisés parfois, meurtris toujours. François Hollande l’a toujours dit clairement : on ne pourra tout changer positivement du jour au lendemain. Mais au moins les objectifs sont-ils clairs (cela aussi, c’est une expression qu’on n’avait plus guère l’occasion d’employer…) et la volonté inébranlable : emploi, justice à tous les niveaux, croissance, éducation, sécurité… Il faut donner à François Hollande les moyens d’appliquer sa politique et de tenir se promesses. Ne nous laissons pas voler la victoire du 6 mai et transformons l’essai les 10 et 17 juin !

UN GOUVERNEMENT DE COMBAT


Le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT

D’abord reconnaître que les toutes premières promesses sont immédiatement honorées : le 1er Ministre jean-Marc Ayrault a annoncé ce jour, le lendemain de sa nomination, la baisse de 30% de la rémunération des membres du gouvernement… et la composition en est strictement paritaire. Reconnaître aussi que question style, François Hollande a immédiatement redonné du lustre, de l’humilité et tout simplement du sérieux à l’image présidentielle. Exit la vulgarité fric et froc de l’ancien locataire. Reconnaître ensuite que ce gouvernement a une sacrée allure, mariant à la fois la jeunesse, l’expérience, la compétence, et la diversité. Laurent Fabius aux affaires étrangères, c’est l’assurance de l’absolue nécessité de connaître en profondeur les rouages de l’Etat et la dimension internationale du poste. Vincent Peillon à l’Education nationale, c’est la reconnaissance de la passion pour cette thématique, alliée à une véritable hauteur de vue. Et puis la nouvelle génération : Valaud-Belkacem, Filipetti, Duflot, Batho, Pellerin…  Et puis surtout, pour la première fois, un Ministre délégué à l’économie sociale et solidaire en la personne de Benoît Hamon… Nous en reparlerons… Un vrai gouvernement de combat, ultra-motivé.

Reconnaître ensuite que la première visite officielle à l’étranger de François Hollande, celle qu’il rendit hier à Angela Merkel, s’est déroulée bien autrement que ce que nous annonçait la droite il y a quelques jours encore. La France allait en sortir humiliée et devoir passer illico sous les fourches caudines de la chancelière d’outre-Rhin… et c’est Mme Merkel qui a finalement accepté de parler de croissance, de reconnaître que ce n’est pas un gros mot, et finalement d’infléchir son discours jusque là très martial. Et pendant que Sarkozy court, que Morano éructe, que Copé bidouille, qu’Hortefeux nostalgise, que les militants UMP organisent petitement leurs sifflets… c’est déjà une autre France qui est à l’oeuvre, et qui vite, fera oublier les cinq années de destruction du pays dont nous sortons enfin. La victoire aux élections législatives des 10 et 17 juin n’en est que plus indispensable. Les vacances viendront après : mobilisation !

« Homme de devoir »… tu parles !


CLIQUEZ POUR AGRANDIR« Homme de devoir« … c’est en ces termes que la droite toute entière qualifie Nicolas Sarkozy à la suite de son intervention télévisée. Homme de devoir… Qu’est ce qu’un homme de devoir ? S’il s’agit de celui qui prend ses responsabilités, qui assume, qui possède une vision de l’avenir, qui ne rejette pas la faute sur les autres… bref s’il s’agit d’un homme d’Etat, alors on n’y est pas. Car l’intervention télévisée du chef de l’Etat était presque puérile, malgré la solennité et la gravité affiché. Qu’avons-nous entendu : c’est moi le plus sérieux, c’est moi le chef, je suis en outre le sauveur, et les autres ont fait rien que nous embêter pendant trente ans. En version officielle, cela donne l’hallucinant discours sur le fait que « je n’étais pas aux responsabilités lorsque la décision a été prise de faire entrer la Grèce dans l’Europe« , « la nationalisation des banques en 1981 a été une erreur majeure« , « je n’étais pas au pouvoir lorsque les socialistes ont mis en place les trente-cinq heures » etc… Le bouclier fiscal ? les milliards d’allègements d’impôts pour les plus riches ? l’ensemble des mesures destinées aux plus favorisés, qui ont creusé le déficit ? Les 150 milliards d’euros de déficit qui se sont creusés à une vitesse jamais connue depuis qu’il est au pouvoir ?… Aucun mot sur tout cela. Les responsables de la crise s’appellent, si j’ai bien entendu, Mitterrand, Jospin et Aubry. Oui c’est bien quelque chose de puéril qui transparaissait dans ces propos. D’autant que le reste est à l’avenant. Grâce à Nicolas Sarkozy, l’Europe vient d’échapper à la catastrophe. Bien sûr. Mais ce  dont ne parle pas le Président de la République, c’est du fort retournement de l’histoire qui est en train de se dérouler sous nos yeux, et sans qu’il semble bien le comprendre. L’Europe politique peut se construire enfin, sous la pression d’une situation devenue intenable. C’est paradoxalement la gabegie invraisemblable des banques qui va peut-être forcer le destin de l’Europe. L’Europe financière et économique sans gouvernance va peut-être accoucher à son corps défendant d’un continent plus unie, fort d’une vraie gouvernance monétaire qui débouchera nécessairement sur une structuration politique qui lui manque tellement. Quelle ironie d’entendre certains dirigeants européens en appeler aujourd’hui au fédéralisme et même aux Etats-Unis d’Europe !  Rien n’est fait… mais l’ébranlement du vieux continent assoupi soumis à la loi des banques et des marchés peut en fin de compte s’avérer positif et devenir une vraie chance. Tout cela se fera, heureusement, sans Sarkozy. L’Europe nous a préservés de la guerre. L’Europe c’est avant tout la paix. Offrons-là à nos enfants.

%d blogueurs aiment cette page :