De l’intérêt de la proximité …


Elu maire il y a (déjà) plus de deux mois, j’ai décidé d’aller le plus souvent possible à la rencontre des lommoises et des lommois, sur leur lieux de vie, dans leur quartier, afin de voir avec eux comment nous pouvons, ensemble, améliorer le quotidien. Ces « Rendez-vous du maire » se déroulent le samedi matin. Je ne peux hélas tout résoudre, et les plus terribles difficultés rencontrées par nos concitoyens ont trait le plus souvent à l’emploi et au logement. Dans ces domaines, le maire, dans ses compétences, peut intervenir de deux manières. En ce qui concerne l’emploi, il peut jouer le rôle d’intermédiaire avec des employeurs potentiellement intéressés, mettre en contact, valoriser des parcours, soutenir des volontés et des initiatives, s’intégrer sans les dispositifs publics. Cela « marche » parfois… mais il est évident que c’est la situation économique nationale qui peut constituer le principal levier, et donc la politique menée par le gouvernement. J’y reviendrai un autre jour, tant il y a à dire et à débattre. En ce qui concerne le logement, nous menons une politique très active. Mon prédécesseur avait coutume de rappeler qu’il avait 1000 demandes de logement social en attente en moyenne sur son bureau. J’en suis à plus de 1500… Plusieurs raisons à cela : les loyers excessifs dans le privé auxquels de moins en moins de personnes ont accès, et le manque de logements disponibles. C’est pourquoi nous avons bâti un vaste programme qui nous permettra de disposer de 3000 logements supplémentaires à Lomme d’ici 2016. Mais pas n’importe quels logements : systématiquement 1/3 de logements sociaux, 1/3 d’accession sociale, et 1/3 en privé, de manière à ce que chacun puisse se loger selon ses moyens. Nous voulons que ces logements soient accessibles, mais aussi beaux, modernes, aux normes les plus actuelles en matière d’économies d’énergie, et bénéficiant d’un environnement agréable.  Là aussi, j’y reviendrai en détail une autre fois… Nous devons tout cela, nous vous le devons.

Ces « Rendez-vous du maire » sont aussi l’occasion de travailler sur tous les moyens que nous pouvons mettre en oeuvre pour améliorer la vie quotidienne, le cadre de vie, l’environnement. Et les Lommois sont dans ce domaine très imaginatifs ! Ces rencontres sont précieuses, car nous partageons, nous échangeons, nous imaginons ! Tout ne peut être fait, résolu immédiatement : aujourd’hui les partenaires de la mairie sont nombreux (Lille Métropole Communauté Urbaine, bailleurs sociaux, Conseil général…), mais tout est pris en compte, et je peux vous assurer de ma détermination totale pour faire en sorte que toute difficulté trouve une solution… Merci à tous ceux que je rencontre, merci de vos remarques, vos suggestions, et pourquoi ne pas le dire de vos critiques aussi, qui font avancer les choses ! Continuons à bâtir Lomme ensemble !

Bernard Derosier tourne une page de notre histoire…


En annonçant il y a quelques jours qu’il ne briguerait plus de mandat de conseiller général, Bernard Derosier tourne une page de notre histoire commune. Car il s’agit bien d’une histoire qui nous touche tous dans le Nord. Et il faut rendre ici hommage à Bernard sur deux points. D’abord souligner le grand Président du CG qu’il a été et qu’il est encore pour quelques mois. Si le CG du Nord est aujourd’hui en pointe des politiques de solidarités, si des politiques volontaristes (c’est à dire non obligatoires) ont été développées dans de nombreux domaines, si les nordistes savent qu’ils ont cette main tendu en permanence dans les difficultés… c’est à Bernard Derosier que nous le devons tous. Et je pourrais multiplier les exemples, sur des pages, de ce que ce grand militant du Parti socialiste a mis en place au Conseil général, fidèle à ses valeurs et à son engagement de toujours. Lui rendre hommage aussi sur un second point : la manière dont il gère cette décision qui n’a pas forcément été facile à prendre, et le principe même de cette décision qui l’honore.

Et demain ? Oh… je ne cacherais pas la préférence qui est la mienne, et qui quelque part s’impose de façon naturelle. Bien entendu, Patrick KANNER rassemble toutes les qualités pour prendre la succession de Benard Derosier dans quelques mois. Il y a plusieurs raisons à cela. 1er vice-président, Patrick a acquis ces dernières années une expérience précieuse et unique pour cette tâche. Président de l’Union nationale des CCAS, il maîtrise parfaitement le domaine de l’action sociale et de la solidarité qui, rappelons-le, représente pas moins de 70% du budget du Conseil général. Mais Patrick n’est pas seulement, loin s’en faut, un parfait connaisseur de ce domaine, animé par un engagement politique sans faille et des valeurs profondément ancrées. Il a aussi impulsé depuis deux ans une réflexion de fond sur le développement des différents territoires du département, mettant en place le premier contrat de territoire expérimental dans le Cambrésis. En contact avec les responsables de Lille métropole communauté urbaine, du Valenciennois, du sud du département, des Flandres, et du Littoral, il possède cette indispensable vision globale qui en fera, je le souhaite, un Président incontestablement attentif au développement de tout le Nord, qu’il soit rural ou urbain. Enfin, et c’est plus que précieux à mes yeux, Patrick Kanner, que je connais bien, continuera à apporter au Nord la profonde humanité qui l’anime. Il a en tout cas, dès à présent, mon soutien entier et actif.

Jules Guesde dans la Voix du Nord d’aujourd’hui


2011-2012 : la rue Jules-Guesde à Lomme va bénéficier de gros travaux

mardi 01.12.2009, 05:03 – La Voix du Nord

Une trentaine de personnes ont assisté, vendredi soir, à la réunion publique organisée aux Tisserands pour annoncer les gros travaux de la rue Jules-Guesde, depuis le carrefour avec la rue Albert-Thomas, jusqu’à celui des rues de l’Égalité et de la rue Émile-Zola. Roger Vicot animait la réunion, « en tant que conseiller général et non en tant qu’adjoint au maire », précisait-il en préambule. Car la rue Jules-Guesde, la RD 208, est une voirie départementale. Deux techniciens du conseil général, MM. Ghesgières et Khiter, ainsi qu’un représentant du cabinet Egis, ont présenté les projets, petit bout par petit bout. Et les riverains ont pu poser des questions, faire des remarques.

« Il s’agit de réhabiliter complètement cet axe, sur environ 1,5 km, pour des raisons de sécurité », a expliqué M. Vicot. Une place de choix sera donnée aux modes de circulation doux (piétons, deux-roues) grâce à des bandes ou des pistes cyclables. Le tapis de la chaussée sera refait, ainsi que les trottoirs (en lien avec Lille Métropole pour ces derniers). Quant au pont, qui a bénéficié l’été dernier de travaux d’urgence, il va être doublé d’une passerelle sur son côté droit (côté cimetière), là encore pour les « modes doux » ; il faudra gagner du terrain sur la butte de terre pour pouvoir installer cette passerelle, mais il ne sera pas fermé à la circulation.

Cet ouvrage voit passer 13 000 véhicules par jour, dont 500 à 600 camions. « Il est impossible d’interdire la circulation des poids lourds », a déclaré M. Vicot en réponse au souhait d’un Lommois. Tout simplement parce qu’ils ne peuvent guère passer ailleurs…

Le patron d’Ondulys a expliqué que le départ de l’entreprise n’était plus à l’ordre du jour, ce qu’ont regretté tout haut plusieurs riverains. Des aménagements sont prévus aux abords de la société, qui pourrait même s’étendre…

Le « tournez-à-gauche » près de l’école Voltaire-Sévigné reste en l’état pour l’instant ; à l’avenir, au moment de la construction de la LINO, LMCU en fera un carrefour.

Le carrefour des rues Zola et de l’Egalité sera réaménagé.

Roger Vicot et les techniciens du conseil général ont ensuite évoqué les problèmes de stationnement aux abords du parc du Rossignol, rue Victor-Hugo : trois solutions vont être examinées au sein d’un atelier d’urbanisme composé de riverains, de commerçants et de membres du comité de quartier.

Le coût de ces travaux se monte à 4 M E, financés à 83 % par le conseil général ; la part de LMCU est de 420 000 E, celle de la ville de Lomme se monte à 400 000 E.

Pour la voirie et les trottoirs, les travaux devraient débuter au printemps 2011 et durer neuf mois ; pour le reste, le chantier devrait commencer début 2012 et durer six mois. • I. E.

AMBITION ET COHERENCE METROPOLITAINE


Lors du dernier conseil de Lille Métropole Communauté Urbaine, ce vendredi, Henri SEGARD a eu l’occasion de présenter une démarche tout à fait innovante dans la Métropole : les contrats de territoire. Il s’agit simplement (mais quelle belle ambition…) de faire en sorte que l’ensemble du projet communautaire sur lequel Martine AUBRY a été élue l’an dernier, soit partagée dans toutes ses dimensions par chacune des communes qui composent la Communauté Urbaine. Il y aura donc pour chacun des 8 territoires identifiés un véritable contrat, construit autour de projets identifiés,lmcu et validé par l’ensemble des communes concernées. Il s’agit aussi de mettre en cohérence à la fois les compétences de LMCU et celles des villes, mais autour d’enjeux qui seront partagés du début à la fin de la démarche. Il s’agit enfin de s’attacher à la réalisation, bien entendu, des actions déjà engagées, d’inscrire d’ores et déjà les futures, et d’organiser en amont les études qui préfigureront les futures réalisations. La méthode est donc complètement nouvelle et met en place à la fois la priorité d’action et une vision commune du développement du territoire métropolitain. Un élu référent a été élu parmi ses pairs pour piloter la réflexion et la concertation dans chacun des 8 territoires. Il m’a été confié la mission d’élu référent pour le coeur de la Métropole, c’est-à dire le territoire de Lille-Lomme-Hellemmes-La Madeleine. Une tache là ausi passionnante quant on connaît les enjeux en matière de développement économique (Euratechnologies, Humanicité, MIN de Lomme…), de politique de l’habitat, ou encore d’urbanisme.

%d blogueurs aiment cette page :