MOI JE RESTE !


Eh bien ! Certes juillet c’est le mois des départs … mais cela ne tracasse habituellement que Bison Futé ! Après Manuel Valls qui a annoncé le sien et son ralliement aux « En Marche » (ah zut ! … mais pourquoi si tard ? ;-)), c’est Benoît Hamon qui nous a fait hier le coup du « je-quitte-le-PS-mais-je-reste-socialiste-et-c’est-pour-aider-les-socialistes« . Les raisons sont bien différentes, l’objectif honorable, mais je t’avoue cher Benoît que je n’ai rien compris à cette argumentation un tout petit peu tirée par les cheveux ! Nous aider de loin sans rester avec nous ? C’est çà ? Décidément trop compliqué pour moi…

Et bien moi je reste ! J’ai soutenu Benoît Hamon lors de la primaire de la gauche pour l’élection présidentielle, puis lors de la campagne présidentielle elle-même (il semble que, de nos jours, ce type de précision soit nécessaire). Je l’ai fait par conviction, et parce que je pensais  – et je pense toujours –  que son projet était le plus novateur, le plus intelligent, le plus structuré et le plus visionnaire. Parce qu’il était le seul à prendre à bras le corps toutes les mutations, toutes les transitions que nous vivons déjà, et leurs conséquences profondes déjà visibles et qui vont s’amplifier. Et même si le revenu universel a probablement était mal expliqué, il est frappant que les plus grands économistes et les plus grands chefs d’entreprise (Bill Gates, excusez du peu) se soient exprimés pour dire que les solutions de ce type vont s’imposer pour éviter une pauvreté massive. Bref, je crois que Benoît Hamon n’est pas un « jeune vieillard » (pour reprendre l’expression aigrie de certain ancien camarade) mais un homme en avance, et qui a de l’avenir.

Néanmoins, je pense aussi que quitter le PS aujourd’hui n’est pas la bonne méthode ni la meilleure chose à faire :

  • d’abord parce que le PS est dans les pires difficultés politiques qu’il ait jamais connues : quitte à passer pour un sentimental, on ne lâche pas la famille quand elle est au plus mal. Moribond le PS ? Je n’en sais rien à ce stade. Mais quand bien même, raison de plus.
  • ensuite parce ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui, ce sont des repères. Des repères clairs idéologiquement. La séquence Macron de la présidentielle et des législatives n’est pas une victoire idéologique du nouveau Président de la République. C’est la défaite en rase campagne, la raclée à des socialistes qui ont été incapables ces dernières années de se tenir à une ligne claire, et qui surtout se sont éloignés (pour ne pas dire plus) de la ligne qu’ils avaient annoncée en 2012 et qui avait généré un immense espoir. Balayés les socialistes ? Normal. Cela me fait mal de l’écrire, mais c’est logique. Par conséquent, quitter le PS aujourd’hui pour aller fonder un nouveau mouvement, c’est ajouter la confusion à la confusion.
  • enfin parce que, outre le fait d’ajouter la confusion à la confusion, c’est considérer que le PS est mort. C’est ce que Manuel Valls et ses amis appellent de leur voeux depuis longtemps. Ne leur donnons pas cette victoire. Je ne crois pas que le PS soit mort. Je crois que le PS d’aujourd’hui est mort. Mais nul ne me fera croire qu’entre Mélenchon et Macron il n’y a rien. Benoît souhaite refonder, fédérer, réorganiser la gauche. C’est honorable et hautement nécessaire. Mais le PS de demain peut redevenir le pivot de ce nouveau rassemblement. A condition bien sûr de se renouveler de fond en comble, hommes et idées et de refaire enfin de la politique, donner une vision, éclairer l’avenir. Cette tâche là il faut la mener en interne. Peut-être échouerons-nous. Mais retroussons nos manches plutôt que claquer la porte. Je comprends l’aspiration de beaucoup, l’impatience même, alors que le nouveau gouvernement fait déjà marche arrière sur ses promesses au bout de quelques jours, et s’affirme par ailleurs chaque jour davantage comme définitivement à droite. Rien n’est écrit d’avance en politique. Il y a un immense espace pour nos idées, nos valeurs. SAISISSONS-LE, NOUS SOCIALISTES !!

 

Belle journée !


Yves Durand

Belle journée que celle de ce dimanche… à renouveler dimanche prochain. Belle à plus d’un titre. D’abord, bien sûr, parce que les résultats des élections législatives en France laissent présager une majorité à l’ensemble de la gauche ; belle journée, ensuite, parce que le Parti socialiste à lui seul peut commencer à rêver, prudemment certes, de la majorité absolue ; belle journée encore parce que le projet du Président de la République François Hollande va pouvoir s’appliquer en profondeur dès cet été ; belle journée parce que les Français ont compris que les promesses du candidat étaient sérieuses, et qu’ils ont pu constater qu’il les appliquait dès son arrivée à l’Elysée ; belle journée enfin, parce qu’Yves Durand, dans la XIème circonscription du Nord, peut envisager le deuxième tour sur une base solide. Les Lommoises et les Lommoises lui ont donné la majorité absolue dans leur ville dès le premier tour, à près de 52%. Les électeurs de l’ensemble de la circonscription lui ont apporté près de 40% des voix… ce qui constitue une bien belle performance, quand on songe qu’Yves Durand est un peu moins connu dans la canton de Lille sud-ouest (récemment rattaché à cette circonscription redécoupée), et quand on se rappelle surtout que onze autres candidats se présentaient hier.

C’est je crois le signe d’une véritable reconnaissance du travail d’un député qui allie à la fois l’expertise au niveau national, l’implication dans le travail de l’Assemblée, et la présence permanente sur le terrain. Yves est aujourd’hui incontestablement l’un des principaux spécialistes français dans le domaine de l’éducation, et il a largement contribué à structurer le projet de François Hollande sur ce sujet complexe. L’expérience d’aménagement du temps de l’enfant (ATE) qui sera menée à Lomme dès la rentrée prochaine doit beaucoup à sa volonté de faire bouger les choses, de considérer l’éducation comme une stratégie globale et partenariale qui dépasse largement l’enseignement dispensé par l’école. Quelque chose me dit que cette expérience est d’ores et déjà regardée de près par bien des acteurs de l’éducation dans ce pays ;-)… Mais Yves Durand est aussi un homme de terrain qui est en permanence présent à vos côtés, dans l’ensemble de la XIème circonscription. Le ré-élire député dimanche, c’est apporter une pierre solide à l’édifice que François Hollande nous a proposé de bâtir ensemble, c’est donner au Président les moyens de tenir ses promesses, toutes ses promesses, c’est contribuer à donner une majorité au changement, c’est désigner une voix qui porte, une voix respectée, une voix expérimentée. Plus que jamais il faut donc éviter l’abstention ou se laisser à penser que les choses sont faites. Pas une voix ne doit manquer à Yves Durand dimanche, pour le changement !

CYNIQUE BARNUM


Ainsi donc le barnum présidentiel plantera de nouveau sa tente demain jeudi en préfecture du Nord. Bien entendu il s’agit de voeux républicains… n’allez pas imaginer que le tour de France de Nicolas Sarkozy, décuplé en 2011 et renforcé en ce début d’année, ait quoi que ce soit à voir avec une quelconque campagne électorale pour l’élection présidentielle. Ce bon garçon ne fait là que son métier de Président, et d’ailleurs il n’est même pas candidat à ce jour, c’est dire… Il faudra néanmoins le moment venu dénoncer et se pencher en détails sur l’utilisation de l’argent public à des fins partisanes, alors que tous les autres candidats en sont  – et c’est logique –  à compter exactement ce qu’ils dépensent afin de pouvoir justifier  – et c’est normal aussi – de leurs comptes de campagne devant la commission ad hoc. Donc le barnum débarque pour les voeux du Président à la fonction publique.

Mais qu’est-ce que Nicolas Sarkozy peut bien souhaiter aux fonctionnaires... après avoir supprimé la bagatelle de 150 000 postes dans la fonction publique d’Etat depuis 2008, après avoir totalement saccagé l’Education nationale, après avoir gravement mis en danger l’éducation et donc l’avenir de nos enfants, après avoir réduit au maximum l’intervention de l’Etat, après avoir fait disparaître les policiers de nos villes, après avoir étranglé les collectivités territoriales ? Même le Ministre de la Fonction publique, tellement présent sur son dossier que tout le monde a oublié qu’il s’appelle François Sauvadet, reconnaissait la semaine dernière qu’on est arrivé « au bout » du système du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Entendons-nous bien : pas « au bout » de la volonté présidentielle, mais bien « au bout » d’un système qui n’a plus aucun sens, sinon celui de donner des gages supplémentaires à l’idéologie ultra-libérale  – et donc ultra-injuste –  qui guide le locataire actuel de l’Elysées. C’est donc un barnum particulièrement cynique qui investit demain la ville de Lille. il y a fort à parier que Nicolas Sarkozy rendra un hommage vibrant au sens des responsabilités des fonctionnaires et les assurera de son attachement indéfectible au service public. Martine Aubry a annoncé qu’elle ferait un accueil républicain au Président de la République, ce qui est là aussi tout à fait normal. Elle tiendra juste après une conférence de presse. Car les choses doivent être dites et bien dites.

Responsabilité et rassemblement


D’ores et déjà le pari est tenu : faire des primaires citoyennes un moment de démocratie unique, enthousiasmant, rénovateur… et  salué même par ceux qui à droite sont dotés d’objectivité et prêts à l’exprimer. J’ai ressenti dimanche soir une vraie déception mêlée d’une joie sincère et d’une grande fierté. Déception de voir Martine Aubry s’incliner… mais joie de constater qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une défaite. Car tous les socialistes ont gagné, et c’est le motif de ma fierté. Celle d’appartenir à un parti qui a réussi à s’unir enfin, à rénover sa relation au citoyen, à faire se déplacer des millions de Françaises et de Français. Oh c’est vrai… quelques mots ont volé un peu trop vite, un peu trop fort… passion de la campagne, fatigue et stress sûrement… Mais personne, aucun journaliste, n’a pu écrire ou dire que l’image des candidats réunis dimanche soir était factice. La déclaration de Martine Aubry, la première, était me semble t’il particulièrement digne, responsable, et pleine de hauteur. Il n’y a pas, et il n’y aura pas de débat, de bataille sur la question du rassemblement unanime autour de notre candidat François Hollande. Sa victoire est incontestable et incontestée. Le rassemblement derrière sa candidature est chose acquise. Et nécessaire… car la campagne sera rude. Nicolas Sarkozy, à son habitude, ne reculera devant aucun argument, aucun mensonge, aucune démagogie, pour garder le pouvoir. La gauche incarne enfin l’espoir, celui de la justice sociale, de l’égalité, de la rénovation. Nous sommes tous prêts. Encore merci aux militants de Lomme qui se sont dépensés sans compter. Et bravo à Martine Aubry, qui réalise dans le Nord, à Lille et bien sûr à Lomme des scores qui constituent une reconnaissance massive de sa stature, de ses compétences, de sa vision de l’avenir de notre pays.

Lomme ville sportive !


Manifestation super-sympathique hier soir dans le salon d’honneur de la mairie de Lomme. On y remettait les trophées aux meilleurs sportives et sportifs de l’année. Et çà fait du monde, croyez-moi ! Avec plus de 6000 pratiquants recensés dans nos clubs, Lomme peut s’enorgueillir d’être particulièrement dynamique dans ce domaine. Et les sportifs primés à Lomme, cela va des petits bout’chous qui courent, sautent, nagent… jusqu’à ceux qu’on nomment bizarrement « vétérans » , mais qui sont en fait tout aussi impliqués et volontaires dans leur discipline.  Ambiance conviviale, chaleureuse, festive même parfois, avant de se retrouver autour du verre de l’amitié. Et puis, un coup de chapeau particulier pour une de nos jeunes lommoises, Celia BENLABED, du Lomme Lille Métropole Handball (LLMH), qui a été sélectionnée il y a quelques mois en équipe de France jeunes de handball. Au lendemain de la victoire de la France en Coupe du Monde, le parcours de Celia est plein de promesses. Brava à elle  et à tous les sportifs lommois !

Violences faites aux femmes : une « grande cause nationale » ratée…


Comme chaque année le Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, vient de communiquer les chiffres de la délinquance pour l’année précédente, en l’occurrence 2010.  Comme chaque année aussi on nous annonce une baisse générale de la délinquance de l’ordre de 2%. Soit. Une étude attentive des chiffres laisse pourtant apparaître la continuation d’une tendance engagée il y a plusieurs années, et qui est très inquiétante. Si les vols et les cambriolages sont annoncés comme étant en baisse, les vols avec violence sont en revanche en hausse. On entend par là ce qu’on appelle par exemple le « car jacking« . Les véhicules étant désormais de moins en moins volables de façon « traditionnelle » (parce que de plus en plus et de mieux en mieux équipées d’antivols, d’alarmes diverses) les délinquants hésitent de moins en moins à s’attaquer aux conducteurs lorsqu’ils sont dans leur voiture, aux carrefours ou feux rouges par exemple. Mais il y a encore plus inquiétant : alors que le gouvernement avait déclaré les violences faites aux femmes « grande cause nationale de l’année 2010« , l’échec est terrible, puisque celles-ci augmentent de 13 %. Chiffre que Brice Hortefeux s’est bien gardé de commenter. Un silence qui a provoqué la colère des associations spécialisées.

Il y a pourtant bien des choses à faire en la matière. Lille, Lomme et Hellemmes se sont considérablement mobilisées sur le sujet ces derniers mois. La semaine consacrée aux violences faites aux femmes et aux enfants fin novembre a permis de réunir des centaines de participants, professionnels et associations, tous avides de voir se constituer un réseau structuré. Le travail qui a débuté sera de longe haleine. Parce qu’on touche là à un sujet particulièrement délicat, où les plaintes ne sont pas systématiques, où la dimension psychologique est largement aussi forte que la souffrance physique.La magnifique exposition de photos visible en novembre dernier à l’Hôtel de ville de Lille en était une illustration à la fois très pudique et très forte. Beaucoup sont déjà impliqués depuis longtemps, mais la mise en place progressive de ce réseau, d’actions coordonnées, d’informations partagées, d’échanges de pratiques, devrait constituer une valeur ajoutée précieuse à tout ce qui est déjà engagé. La Ville de Lomme n’est pas en reste. Yves Durand a désigné il y a quelques mois Catherine De Ruyter adjointe chargé de la famille et des droits des femmes. Une délégation symbolique de notre volonté d’aller plus loin sur ces questions.

Danielle Poliautre est décédée


On la chariait parfois un peu, gentiment, à propos de sa passion pour le

Danielle Poliautre

Danielle Poliautre

développement durable, les économies d’énergies, l’Agenda 21, les construction écologiques, et que sais-je encore… et elle répondait toujours gentiment et avec le sourire. Elle était incollable et pouvait en parler des heures, intarissable. Danielle Poliautre, adjointe au Maire de Lille, est décédée cette nuit. Militante associative de longue date, présidente du Conseil de quartier de Wazemmes, elle nous a beaucoup appri, et laisse déjà un grand vide.

%d blogueurs aiment cette page :