2013 année de transition… ?!


Le Président de la République lors de ses voeux

Le Président de la République lors de ses voeux

La lecture des journaux n’est pas particulièrement réjouissante en ce début d’année… Chacun voit bien que la situation économique et sociale est très préoccupante dans l’ensemble de l’Europe et au-delà (Barak Obama n’en n’a pas terminé avec la « falaise fiscale » américaine). Chacun voit bien aussi que l’Europe ne sortira de la crise qu’unie, et que toute tentative d’aventure isolée risquerait d’engendrer une catastrophe générale. Et pourtant, les choses avancent. Un peu… mais elles avancent. Y compris des choses qui étaient considérées comme irréalistes il y a quelques mois encore (l’union bancaire européenne…). Elles avancent aussi en France, où l’effort sans précédent de rigueur qui est mené par le gouvernement va permettre de rééquilibrer, en quelques années, un budget que ses prédécesseurs avaient précipité dans d’irresponsables abysses. Elles avancent avec la mise en place des emplois d’avenir, des contrats de génération… Elles avancent lentement, c’est vrai. Beaucoup trop lentement au regard des souffrances quotidiennes de nos concitoyens. Mais la voie est tracée, et nul n’est tenu à l’impossible qui consisterait à retourner totalement une situation économique en six mois.

Je lis toujours avec beaucoup d’attention les messages que vous me faites parvenir. On m’a beaucoup parlé de couacs, d’erreurs, de tâtonnements ces derniers mois… C’est vrai : pourquoi ne pas le reconnaître ? Les opposants à la majorité actuelle me font savoir leur « effarement » devant une politique brutale et même « mortifère« … sans s’interroger un instant sur les raisons qui amènent ce gouvernement à devoir gérer une dette de 600 milliards supplémentaires laissée par les locataires précédents de l’Elysée et de Matignon. Les supporters de la majorité ne sont pas toujours les moins sévères : impatients, certains rongent leur frein, ne comprennent pas qu’on n’en fasse pas plus, plus vite, plus fort. On peut probablement reprocher un certain nombre de choses à François Hollande, mais pas sa constance. Personne ne doit être étonné de ce qui se passe : le Président de la République fait exactement ce qu’il avait annoncé, au rythme qu’il avait prévu. C’est du reste sur cette base qu’il a été élu. C’est aussi pour cette raison que je fais confiance au Président qui a fait de 2013 une année de transition avant l’inversion de la courbe du chômage.

Alors que souhaiter, que vous souhaiter pour 2013 ? Le plus sincèrement du monde que vos difficultés s’apaisent, que les douleurs s’éteignent, que les angoisses se taisent… Je souhaite que nos politiques en matière de logement amènent un maximum d’entre-vous à trouver un toit digne et adapté à vos besoins ; je souhaite que le retour de la croissance ne tarde pas, afin que nos jeunes (dont le quart sont en recherche d’emploi) voient enfin une lueur d’avenir briller à l’horizon ; je souhaite enfin que chacun d’entre-vous puisse réaliser son rêve secret, sa demande intime, son espoir caché.

Je continuerai à être pour cela au plus près de vous.

Bonne année 2013 à toutes et tous !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :