LOGEMENT : S’OPPOSER AU MARCHE !


Alors qu’un froid glacial vient de s’abattre sur la France, la fondation Abbé Pierre vient de présenter son 17ème rapport sur la situation du logement en France… et en fait du mal-logement. C’est un constat à la fois dramatique et alarmant qui nous est livré, et s’il ne fallait retenir qu’un chiffre, ce serait celui-ci : 10 millions de personnes souffrent dans notre pays de la crise du logement. Presque le sixième de la population, dans un pays qui fait pourtant parti des plus riches et des plus développés de la planète. Sur ces 10 millions, on compte bien entendu les sans-abris et sans domicile fixe pour qui l’hiver est aujourd’hui un véritable enfer. Mais beaucoup, beaucoup d’autres sont en très grande fragilité, voire en mal-logement chronique. Et les catégories de la population qui sont touchées par ce fléau ne cessent de s’élargir : les femmes isolées avec enfants, les jeunes qui ne trouvent pas leur place dans le marché du travail et donc dans la société (faut-il rappeler que dans notre département 25% des 18-25 ans sont au chômage ?), tous ceux qui plus largement sont confrontés aux problèmes d’emploi (faut-il, là aussi, rappeler que dans notre département 2500 personnes intègrent chaque mois  – oui, chaque mois – le dispositif RSA, ce qui nous place à un niveau double de la moyenne nationale ?), mais aussi désormais des familles  de salariés qui ne devraient pas à subir de telles difficultés. Oui mais… oui mais la « main invisible » du marché, chère aux libéraux de tous poils, fait ici aussi son oeuvre, en imposant des garanties de paiement rien moins qu’hallucinantes, d’une injustice criante, et en sélectionnant systématiquement les plus « privilégiés » (cette notion étant, hélas, de plus en plus relative).

Une seule réponse à cela : la prise en main par les pouvoirs publics, par l’Etat, de ce qui relève clairement d’une politique de solidarité, quant il ne s’agit pas de survie. Je n’en dirai pas plus personnellement sur le sujet, laissant la voix à François Hollande, qui décrit ici son projet sur ce thème. A vous de juger :  » Dans les zones où les prix sont excessifs, je proposerai d’encadrer par la loi les montants des loyers lors de la première location ou à la relocation. Je mettrai en place pour les jeunes un dispositif de caution solidaire. J’agirai pour que soient construits au cours du quinquennat 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux et étudiants, soit 300 000 de plus que lors du quinquennat précédent, dont 150000 logements très sociaux, grâce au doublement du plafond du livret A. Je renforcerai la loi SRU, en multipliant par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes refusant d’accueillir les ménages aux revenus modestes et moyens. Je porterai à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux et je favoriserai la mixité sociale en imposant une règle des trois tiers bâtis : un tiers de logements sociaux locatifs à loyer modéré, un tiers de logements en accession sociale, un tiers de logements libres« .

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :