OUI OU NON ?


Pour ou contre ? Oui ou non ?… Voilà que le Président de la République a décidé de dégainer le référendum sur tous les sujets, allant de l’économie au droit des étrangers. C’est la porte ouverte, une fois de plus, aux caricatures et aux pires débats. Caricature, car le référendum ne laisse que deux réponses possibles  – oui ou non –  pour des sujets qui sont caractérisés par leur immense complexité. Imagine-t’on vraiment que la question du chômage va pouvoir être réglée par référendum … car c’est de cela qu’il s’agit. Dans l’entretien qui doit paraître ce week-end dans le Figaro Magazine, le chef de l’Etat envisage ainsi de poser les questions de la manière la plus « objective » qui soit : un chômeur peut-il refuser un emploi ? Avec une majorité de réponse négative, on pourra ainsi proposer des emplois sous-payés en mettant les demandeurs d’emploi dans l’obligation d’accepter, sous peine de se retrouver exclu du système. Bien joué… On frémit quand on apprend que Sarkozy veut aussi traiter les étrangers par référendum. Toutes les civilisations se valent-elles ? Un noir vaut-il plus ou moins qu’un blanc ?

On pourrait imaginer d’autres questions aussi fines : Guéant/Le Pen même combat ? Morano a-t’elle le niveau ? Mais la seule, la seule question qui vaille vraiment, et qui sera traitée par le vrai référendum démocratique du 6 mai est celle-ci : Sarkozy doit-il rester ? Oui ou non ?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :