L’ENJEU DU 24 JUIN


C’est le site internet Agoravox qui s’est livré à l’exercice consistant à dresser la liste des scandales dans lesquels le pouvoir sarkozien a trempé, trempe ou risque de tremper. Je me contenterai d’en citer quelques uns, en laissant beaucoup de côté par simple manque… de place (à commencer par la fameuse soirée au Fouquet’s, qui donnait le top départ d’un mode de gouvernement entièrement centré sur le fric et l’apparence). Citons donc, dans le désordre : le salaire de Christine Boutin, les 12 000€ de cigares de Christian Blanc, l’explosion du budget voyage de l’Elysée, l’avion présidentiel, le feuilleton du fiston à l‘EPAD, les préfets virés pour des sifflets, les déclarations présidentielles sur le « coupable » Villepin avant que ce dernier ne soit jugé, Clearstream dans son ensemble, l’affaire Bettencourt, l’affaire de Karachi… N’en jetez plus ! La liste est tout simplement stupéfiante. Et encore, il ne s’agit là que d’une liste qui souligne des comportements, des façons d’être, de vouloir et de prendre. Ces gens-là, comme chantait Brel, se croient seuls au monde, maîtres du monde. Sur le fond, Sarkozy et les siens mènent une politique profondément rétrograde, réactionnaire et injuste. Retraites, santé, sécurité, enseignement, protection sociale, culture… tout au marché, tout pour le marché !

Nous vivons sous la coupe du plus incroyable régime que la France ait connu depuis très très longtemps. L’expression « droite décomplexée » a parfois été employée. C’est pire que cela. Droite ultraconservatrice, ultralibérale, médiocre, insultante, méprisante, et je dirais même inhumaine. Au sens propre, c’est-à-dire n’ayant à aucun moment le souci de l’humain, le réflexe de solidarité, le désir d’alléger les souffrances, la volonté de l’intérêt général. Inhumaine parce que totalement auto-centrée. Inhumaine parce qu’ayant mis plus haut que tout des systèmes (je n’ose pas dire des valeurs), ou des principes de fonctionnement qui privilégient avant tout l’égoïsme, le marche-ou-crève, l’injustice organisée. Nous avons affaire à un gouvernement de classe, qui appliquera sa politique, qui détruira scrupuleusement et avec soin, qui démontera en permanence tous les régimes de solidarité… jusqu’à la dernière minute. C’est la politique de la terre brûlée : il ne restera rien de la France solidaire, humaine, inventive, forte, éclairée, lorsqu’ils partiront…. SAUF, et c’est bien sûr là que je veux en venir, si la gauche se présente forte et déploie sa capacité de mobilisation de manière croissante d’ici 2012. Le Parti socialiste, sous la direction de Martine Aubry, s’est retrouvé et est de nouveau crédible, quoiqu’en disent tous ceux qui, à droite, en sont mortifiés. C’est pourquoi il nous faut absolument réussir la manifestation du 24 juin, à laquelle je vous engage à participer très très nombreux. Il faut jeudi frapper fort, donner un nouveau coup. Car c’est bien d’un combat frontal qu’il s’agit.

Suppressions de postes dans l’enseignement public : c’est l’avenir qu’on assassine !


Le gouvernement persiste dans sa volonté de supprimer à terme un fonctionnaire sur deux, amputant ainsi dramatiquement le service public, c’est à dire le service au public. La situation est particulièrement tendue dans l’enseignement, puisque ce sont plus de 11 000 postes qui seront supprimés cette année.

A Lomme, l’Inspecteur d’Académie envisage de supprimer, pour la prochaine rentrée de septembre, un poste à l’école élémentaire Michelet, un poste à l’école élémentaire Voltaire-Sévigné, et un poste à l’école élémentaire Salengro. Ces suppressions constituent un véritable non-sens au regard des chiffres : le seuil de suppression décidé par l’Inspection académique se joue à une ou deux inscriptions près. Par ailleurs, les écoles Voltaire-Sévigné et Salengro font partie du dispositif  des « Equipes de Réussite Educative » : là ou le soutien aux élèves doit être plus fort, là où l’accompagnement doit être plus présent, là où la solidarité doit jouer davantage envers les enfants qui présentent des signes de fragilité et de retard scolaire.

 A Beaucamps-Ligny, c’est l’école du Tuliper qui risque de faire les frais de cette politique qui privilégie la comptabilité au détriment de l’intérêt général : une classe (sur trois) disparaîtrait à la rentrée. L’Inspection académique apportera une réponse « éventuelle » en juin.

J’apporte mon soutien total aux enseignants, parents d’élèves, qui se battent légitimement pour obtenir le maintien de ces postes à la rentrée.

La question des moyens de l’Education Nationale ne peut en aucun cas se régler au moyens d’une régle à calcul.

Il s’agit de nos enfants, il s’agit de notre et de leur avenir.

FORUM DU COLLEGIEN : aujourd’hui pour demain


college.jpgL’un des dix « Forum du collégien » départementaux se tenait aujourd’hui à Lomme à la Maison des Enfants. Dix ans que la ville accueille cette manifestation très fréquentée, organisée par le Conseil général du Nord. Le principe est simple : proposer aux collégiens, grâce aux nombreux établissements partenaires, un large panel des orientations qu’ils pourront suivre. Tant il est vrai que c’est ce choix crucial qui va déterminer l’avenir de ces futurs professionnels. Trouver sa voie n’est pas forcément facile ni évident à priori. Les tâtonnements ou la méconnaissance font parfois perdre beaucoup de temps.

On ne peut donc que soutenir de telles initiatives. Le Conseil général du Nord est d’ailleurs particulièrement actif en la matière. Le représentant du Recteur d’académie l’a d’ailleurs reconnu de bonne grâce : « Peu de conseils généraux  font de tels efforts« . L’occasion aussi de rappeler, comme l’a fait Yves Durand, le contexte national qui est catastrophique pour l’enseignement : sur les 23 000 postes de fonctionnaires supprimés dans le budget 2008, près de 12 000 le sont dans l’enseignement. Et pourtant, voilà un investissement digne de ce nom : un investissement sur l’avenir…

%d blogueurs aiment cette page :