MACRON sans hésiter !


240_F_91750342_BCZJASn9kB9u3Wwx8d9jhNQb1mgPAT7C.jpgA l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, Le Pen réalise un score de 24% à Lomme. Près d’un quart des électeurs de notre ville. Mélenchon 25%, un quart. Forcément je vous connais, je vous côtoie, je vous rencontre, je vous salue…

A vous qui avez voté FN : je ne comprends pas. Que vous puissiez à ce point accepter de vous « faire avoir ». Que vous puissiez sincèrement penser que le FN peut améliorer votre quotidien. Que vous considériez que Le Pen a la stature d’une femme d’Etat. Que vous ne voyiez pas le danger. C’était clair hier soir lors du débat. Sur la forme : agressivité, arrogance, sourire forcé. Sur le fond : rien. Ou plutôt si : des dénonciations des autres, des critiques des autres, des approximations, des erreurs, une grande méconnaissance des dossiers, notamment ceux qu’elle est censée maîtriser (Euro…). Et puis des slogans. A profusion : rendre l’argent aux Français, redonner de la fierté, tout renverser… OK. Mais une fois qu’on a dit cela… cela peut éventuellement rassurer, faire plaisir aux oreilles… mais quoi de concret ? Rien. Vraiment rien. Une politique économique et monétaire que Le Pen a eu bien du mal à expliquer elle-même (revoir son explication laborieuse de la coexistence Euro/Franc) ; des propositions proches du ridicule sur le terrorisme (rien sur l’action de la police et des services de renseignements… on sait juste que « les douaniers vont arrêter les terroristes« ). Et le sempiternel topo immigration-chômage-identité que papa faisait déjà tourner dans les années soixante-dix.

Mais l’essentiel n’est pas là. Il n’est même pas dans l’étude détaillée du programme du FN (faites l’expérience de ne pas vous limiter aux slogans, et aller le lire). Cette étude suffirait pourtant à vous convaincre de la catastrophe économique et sociale dans laquelle nous serions irrémédiablement plongés. Non l’essentiel c’est autre chose. C’est le basculement que représenterait l’élection de Le Pen. Benoît Hamon rappelait il y a quelques jours une vérité historique : « Lorsque l’extrême-droite prend le pouvoir par les urnes, elle ne le rend jamais par les urnes« . Ce n’est pas un propos d’opposant politique. C’est juste factuel. Facile à vérifier. Un coup d’oeil rapide dans les livres d’histoire. Vous en avez assez des solutions qui n’ont jamais marché contre le chômage ? Moi aussi. Vous ne supportez plus les promesses non tenues ? Et moi donc ! Mais croyez-vous vraiment, vraiment, que cela vaille de tenter le saut dans le vide ? Pas le vide de sens… Lorsque l’incendie aura pris, alors… personne, pas même vous, ne sera protégé.

A vous qui avez voté pour la France Insoumise. Vous connaissez mes convictions, je ne les ai jamais dissimulées, et je n’ai jamais hésité à prendre clairement parti. Je suis de gauche, et j’ai soutenu Hamon avec force et conviction. Je ne suis pas d’accord avec l’idée développée par certains d’entre-vous, qui refusent de choisir entre « la patrie et la finance ». Je pense que vous vous trompez, parce que ce n’est pas cela le choix auquel les français sont confrontés pour le second tour. Vous faites comme si vous aviez à choisir entre deux programmes que vous rejetez. Moi non plus je ne me retrouve pas dans ces deux programmes. Mais le choix, le vrai choix, le seul choix, il est entre la démocratie et l’aventure d’extrême-droite ! Je sais votre révolte et je la respecte. Mais êtes-vous vraiment prêts à participer à ce risque, en vous abstenant ou en votant nul, à générer la catastrophe ? Ne vous trompez pas de choix, si vous voulez pouvoir encore choisir, demain.

Dimanche je voterai Macron. Par responsabilité, devant mes concitoyens, mes enfants, nos enfants à tous. Pour mon pays. Pour mes valeurs et pour la démocratie.

+

Publicités

PARCE QUE C’EST AU 1ER TOUR QUE SE JOUE LA VICTOIRE !


Parce que jamais depuis 1981 l’enjeu n’a été aussi essentiel, parce que la France a été saccagée dans ses valeurs piétinée dans ses principes rabaissée dans son image, parce qu’on ne peut plus continuer à dresser les différentes catégories de Français les uns contre les autres, parce que la justice doit redevenir équitable et obtenir les moyens de sa mission, parce que les Français doivent être protégés au quotidien, parce que le chômage de masse est le résultat d’une politique ultra-libérale, parce que les impôts c’est aussi pour les plus aisés, parce que les jeunes sont l’avenir et qu’on doit leur donner les moyens de le construire, parce que l’espoir est possible, parce qu’une autre politique peut donner des résultats, parce que l’austérité à jamais pour tout le monde n’est pas un horizon, parce que la transition écologique doit se mettre en place, parce qu’un programme structuré et financé est toujours supérieur à une navigation à vue, parce que la sérénité des valeurs assumées est préférable à la fébrilité impulsive, parce que le prochain Président de la République sera au service des Français et non de lui-même, parce que Paris Match et Voici doivent cesser d’être le journal officiel, parce que le mensonge permanent doit cesser maintenant, parce que l’arrogance de classe doit aussi cesser maintenant, parce que la tolérance et la générosité ne sont pas des gros mot, parce que la santé pour tous doit s’imposer, parce que l’accès au logement est une vraie dimension de la solidarité, parce que le montant des loyers et le tarif de l’eau doivent être encadrés, parce que les banques doivent cesser de spéculer avec notre argent, parce que l’Europe qui garantit la paix depuis des décennies doit retrouver ses bases, parce que la République doit être impartiale, parce qu’enfin une réforme fiscale profonde doit être mise en oeuvre, parce que l’activité productive doit être relocalisée et les PME protégées, parce que la finance doit être dominée, les stock-options imposées, les bonus encadrés, parce que le droit à la retraite doit être protégé et les parcours professionnels sécurisés, parce que l’éducation doit redevenir une priorité… et pour beaucoup d’autres raisons… DIMANCHE, VOTEZ ET FAITES VOTER FRANCOIS HOLLANDE DES LE PREMIER TOUR !

Mots du bilan, maux du bilan


Halal, étranger, immigration, nation, kebab, allocations, prison, fichiers, sécurité, peur, étrangers, trop, islam, trop, abattage, dédiabolisation, kärscher, nettoyer, étrangers, sécurité, insécurité, abolir, supprimer, renvoyer, vote, danger, débarrasser,  insurrection, guerre, bouclier fiscal, revenus, hauts revenus, très hauts revenus, impôts, pas d’impôts, RSA, pauvreté, chômage, dette, grosse dette, Allemagne, exemple, charges, alléger, créer, emploi, pauvres, cons… mais aussi regrets, mea culpa, insultes, yacht, restaurant, vacances, Carla, Cecilia, Woerth, Karachi, EPAD, fiston, Rachida, Fadela, Eric… « Votre bilan, c’est votre boulet« , disait Laurent Fabius hier soir.

MARTINE L’ESPOIR


L’exercice de ce premier débat des primaires était difficile. Débattre sans donner l’impression de se déchirer, au sein d’une même sensibilité, n’est pas chose aisée, d’autant que la pression médiatique est particulièrement forte. Je suis d’ailleurs assez étonné de la tonalité de certains titres ce matin. Lorsque les échanges sont houleux  – comme cela a souvent été le cas avant que Martine Aubry ne reprenne le PS en main –  on nous explique que la famille socialiste est divisée ; lorsqu’ils sont francs mais apaisés  – comme hier soir – on explique parfois que tout cela manquerait de passion…  Notons d’abord que le PS est le grand vainqueur de ce premier débat. Quel parti politique français peut se targuer d’être capable d’organiser une telle primaire, un tel débat, ouvert et face à tous les Français ? Sincèrement, aucun autre. L’exercice d’hier soir est en outre riche de nombreux enseignements. Il ne s’agit pas d’accabler ou de disqualifier l’un ou l’autre des candidats (et d’ailleurs tous ont des qualités certaines) mais de tenter de tirer une leçon des échanges. Et en tentant de me mettre dans la position de celui et de celle qui s’est installé hier soir devant son téléviseur, sans à priori, ouvert et attentif, sans avoir encore fait son choix… je pense que Martine Aubry a pris une longueur d’avance et a su convaincre. Pour plusieurs raisons : le souffle de l’ambition, l’expérience et la force. Le souffle de l’ambition, parce que Martine Aubry a su faire passer cette vision qui et la sienne, sa hauteur de vue, sa connaissance des enjeux globaux, mais aussi son attachement chevillé au corps à la justice sociale. L’expérience, car on a bien vu hier soir que c’est un élément majeur dans la construction de son parcours, et un atout essentiel dans la situation auquel notre pays doit faire face aujourd’hui. La force enfin, de celle qui est aujourd’hui prête. Sereinement prête, consciente de la difficulté de la tâche, certaine de la justesse de ses convictions et du réalisme de ses propositions. Martine l’espoir…

Présidentiel …


SAISISSEZ-VOUS DES PRIMAIRES !!!


C’est une occasion unique sur de nombreux plans : unique parce que jamais il n’a été aussi urgent, aussi vital pour ce pays de mettre en place massivement une vraie alternative politique ! Unique parce que pour la première fois le Parti Socialiste propose des primaires citoyennes ouvertes à toutes et toutes ! Unique parce que pour la première fois ce ne sont pas seulement les militants qui vont choisir le candidat ou la candidate du changement ! Unique parce que si ces primaires sont réussies, si des millions de Françaises et de Français y participent, cela signifiera que la machine du changement est lancée, qu’elle est sur les rails et que rien ne pourra l’arrêter !

Alors comment çà marche ? C’est très simple, puisque pourront voter tous les citoyens français inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010. Et lors de la primaire, il suffira de s’acquitter d’une participation au frais d’organisation de 1 € minimum et de signer une charte d’adhésion aux valeurs de la gauche. C’est donc bien vous qui choisirez le candidat du changement en 2012 ! Tous les mineurs qui auront 18 ans au moment de la présidentielle, ainsi que les mineurs membres du PS ou du MJS et les citoyens étrangers membres du PS ou du MJS pourront également voter à condition de s’inscrire avant le 13 juillet. Les primaires auront lieu à l’automne, les dimanches 9 et 16 octobre. Les candidatures sont déposées depuis le 28 juin et jusqu’au 13 juillet. Des milliers de bureaux de vote près de chez vous seront installés dans toute la France. A l’approche du scrutin, vous trouverez sur ce blog l’emplacement de votre bureau de vote.

Alors, si vous partagez les valeurs et l’ambition de la gauche, si vous vous reconnaissez dans le programme du PS, si vous souhaitez être un acteur de cette désignation, et donc un acteur de l’alternance politique que des millions de Français souhaitent, saisissez-vous des primaires, votez et faites voter massivement les 9 et 16 octobre prochains !

Et si vous souhaitez être contacté(e) au moment du vote, n’hésitez-pas,LAISSEZ-MOI VOS COORDONNEES PAR EMAIL (en cliquant sur « Me contacter » à gauche).

A bientôt !

Tout commence…


« Le plus dur est fait« … me disait hier, à la gare Saint-Sauveur, l’une des personnes venues soutenir Martine Aubry au moment de sa déclaration de candidature. Je crains que l’analyse ne soit mauvaise, pour le moins… Le plus dur commence, en effet, et de façon évidente. D’abord la primaire. Il faut sincèrement se réjouir du contexte dans lequel cet exercice nouveau au PS se déroule. Même si les éditorialistes semblent parfois déçus, dans certains journaux, de ne pas voir les socialistes s’étriper en public comme se fut trop souvent le cas, la réalité c’est que cette compétition se déroule sereinement. Sereinement et de manière responsable, parce qu’il semble que tous les candidats ont pleinement intégré l’immense enjeu, les attentes et les espoirs des Français broyés par la politique de Sarkozy. La primaire des 9 et 16 octobre doit être réussie. Parce qu’elle peut constituer un socle solide, un marchepied, une véritable rampe de lancement populaire et massive pour celui ou celle qui portera les couleurs du PS en 2012. La mobilisation des électeurs de gauche pour ce rendez-vous de l’automne constituera à n’en pas douter un indice fort de rassemblement. J’espère pour ma part, mais cela ne vous étonnera pas, que Martine Aubry sortira vainqueur de cette élection. Si ce n’est pas elle, celui ou celle qui sera désigné(e) sera, j’en suis absolument persuadé, soutenu avec autant de force par tous les militants, quelle que soit leur préférence. « Le plus dur est fait« , me disait-elle hier… Non, car les souffrances sont pour beaucoup insoutenables. J’ai été frappé, ce matin, du feu roulant des questions de fond, techniques, pratiques, humaines, désespérées, auxquelles Martine répondait sur France Inter. Frappé des immenses attentes. Les Français, véritablement, n’en peuvent plus. « Le plus dur est fait« … non car notre candidat, quel qu’il soit, aura à affronter une campagne difficile durant laquelle la droite ne reculera devant aucun argument, aucun mensonge, aucune démagogie. On se souvient (ou on lira dans les livres…) de Michel Poniatowski, Ministre de l’Intérieur de Giscard d’Estaing, annonçant l’arrivée des chars soviétiques sur la place de la Concorde en cas de victoire de François Mitterrand en 1981. Hier, c’est l’inénarrable Patrick Ollier qui nous indiquait, avec le sens aigü de l’analyse qui est le sien, que la note financière internationale de la France sera baissé dans les quinze jours si le PS et ses alliés l’emportent. Quant à notre Président de la République, il expliquait hier que la seule chose qui intéresse les Français aujourd’hui, c’et la qualité de ce qu’ils ont dans leur assiette. Pour ceux qui ont quelque chose dans leur assiette…

%d blogueurs aiment cette page :