TOUS AVEC LES ENSEIGNANTS DEMAIN !


Les syndicats d’enseignants du public ET du privé se mobilisent ce mardi 27 septembre pour une journée de grève. Il s’agit de faire pression sur le gouvernement alors qu’est en train d’être élaboré le budget 2012. Un gouvernement tout aussi sourd, obstiné, caricatural que les années précédentes et qui prévoit de nouveau 14 000 suppressions de postes dans l’Education nationale. Du délire au regard de la situation dans les établissements scolaires, déjà saignés année après année, mais aussi des enjeux de l’éducation pour l’avenir de notre pays. Je serai avec eux demain après-midi dès 14h00 à la Porte de Paris à Lille !

Publicités

Lettre (encore) à la Rectrice…


Vous trouverez peut-être que je parle beaucoup d’éducation ces temps-ci… C’est vrai, mais la situation dans l’Education nationale est tellement catastrophique, tellement volontairement catastrophique, que l’on ne peut que relayer sans cesse toute information qui peut mobiliser, remobiliser, sensibiliser autour de ce thème essentiel. Faut-il redire ici, une fois de plus, que l’éducation n’est en aucun cas une charge mais bien un investissement sur l’avenir ? Que l’encadrement renforcé de ceux qui éprouvent le plus de difficultés est une évidence ? Que l’avenir d’un pays, d’une nation, c’est celui de ses enfants, et qu’on ne peut ainsi sacrifier une génération de jeunes sans que l’équilibre du pays s’en ressente ? Vous trouverez donc ci-dessous copie du courrier que l’ensemble des personnels du collège de Wazemmes vient d’envoyer à la Rectrice. La grève est envisagée. Le cas échéant nous la soutiendrons de toutes nos forces :

 

Objet : suppression des postes d’assistants d’éducation,

d’assistants pédagogiques et CUI du réseau du collège de Wazemmes.

                                   Madame la Rectrice

                                      de l’Académie de Lille,

Nous avions déjà connaissance de la situation catastrophique dans les écoles du réseau du collège de Wazemmes pour la rentrée 2011. Nous sommes au regret de constater à nouveau la suppression de 3 demi-postes d’assistants d’éducation et pédagogiques et de 2 postes CUI au collège de Wazemmes. Nous estimons que ces emplois sont nécessaires et indispensables au bon fonctionnement de notre établissement classé RAR. Notre stupéfaction est d’autant plus grande que notre établissement vient de passer dans le dispositif ECLAIR et que nous pensions, au contraire, obtenir des moyens supplémentaires.

Nous demandons la restitution des 6 demi-postes perdus depuis 2009.

L’ensemble du personnel du collège est prêt à se mettre en grève les 28, 29 et 30 juin 2011, journées du Diplôme National du Brevet. La surveillance et les corrections du DNB risquent donc de ne pas être assurées. Nous envisageons également d’occuper les locaux dans la nuit du lundi 27 juin 2011 au mardi matin. Par ailleurs, nous avons le soutien de nos collègues ATT qui se joignent à notre mouvement en prévoyant de ne pas assurer le service de la restauration ce même jour. Enfin, nous sommes en contact avec le personnel et les parents d’élèves des écoles primaires afin de mener ensemble une action commune.

Nous lançons donc un pré-avis de grève pour les 28/06, 29/06 et 30/06 et sommes à votre entière disposition, Madame la Rectrice, pour un entretien que vous voudriez bien nous accorder.

Dans l’attente d’une réponse favorable de votre part, nous vous prions, Madame la Rectrice, d’agréer l’expression de nos salutations les plus respectueuses,

 

L’ensemble des personnels  du collège de Wazemmes.

Lancement du « Comité de salut public pour l’école publique dans le Nord/Pas-de-Calais » !


Une initiative qu’il faut absolument saluer, valoriser, et diffuser au maximum : la Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques du Nord (FCPE) et celle du Pas-de-Calais ont créé il y a quelques jours jours à Lomme un Comité de salut public pour sauver l’école public dans notre région. L’exposé des motifs, nous le connaissons malheureusement tous, et il en est question ici bien souvent, et depuis bien trop longtemps. Quelques chiffres, toutefois, valent d’être rappelés, dans leur brutalité. Nous sommes en effet l’académie qui paie le plus la politique de casse de l’Education nationale et de suppressions de postes, qu’il s’agisse d’enseignants, de personnels administratifs, de personnel médico-social, d’encadrement, d’Educateurs vie scolaire (EVS), et d’Assistants Vie Scolaire (AVS) pour les élèves handicapés. Avec 865 suppressions de postes cette année, nous battons le record national avec… à nous seuls 10% du total pour la France métropolitaine. Cumulées année après année, ces suppressions désorganisent totalement la vie quotidiennes des établissements, et bien entendu la scolarité des élèves, collégiens, et lycéens. Les perspectives annoncées sont tout aussi inquiétantes, puisque les jardins d’éveil payants voulus par le gouvernement sont amenés à remplacer l’école maternelle dès l’âge de deux ans (alors même que dans ce domaine essentiel, nous faisons beaucoup mieux que la moyenne nationale). La FCPE a mis d’ores et déjà en place, au sein du Comité, un groupe de travail chargé de rechercher des solutions concrètes avec les services du Rectorat et de l’Inspection académique, en insistant sur les chantiers scolaires absolument prioritaires : remplacement des professeurs absents, stabilité des équipes pédagogiques.

Pour celles et ceux, très nombreux, qui n’en peuvent plus de cette casse organisée et que cette initiative intéresse, je vous livre ci-dessous le texte du communiqué de presse de la FCPE, et les coordonnées utiles :

« La préparation de la rentrée scolaire 2011/2012 n’a jamais été aussi catastrophique. C’est la pire des situations connues à ce jour. Les inspections académiques du Nord et du Pas-de-Calais et le rectorat nous rabâchent la même réponse cynique du budget contraint. Ils restent sourds aux appels, demandes, inquiétudes et actions des parents d’élèves, des enseignants, des élèves et des élus politiques locaux. Tous les acteurs de la communauté scolaire sont indignés et disent STOP : notre école est en danger ; l’avenir de nos enfants est mis en péril par la braderie scolaire érigée en politique éducative. Pour aller au-delà de l’indignation collective, pour agir ensemble et efficacement, le comité régional de la FCPE du Nord/Pas-de-Calais lance officiellement le « Comité de salut public pour l’école publique dans le Nord/Pas-de-Calais ». Une instance régionale laïque largement rejointe par les élus politiques républicains, les représentants des syndicats et associations du monde scolaire et des mouvements d’éducation populaire et toutes les volontés progressistes… et créée pour infléchir une politique académique macabre. »

FCPE du Nord, téléphone : 03.20.17.09.40 – Email : parents@fcpe59.com

Un an déjà… Encore un an…


Un an déjà… Vous vous demandez bien de quoi je veux parler…  Et vous avez raison, dans la mesure où les choses sont passées beaucoup trop inaperçues : il y a un an, en avril 2010, les élus socialistes du Nord décidaient d’être présents tous les lundi matins devant la Préfecture, pour protester contre la politique de casse de l’Education nationale. Et tous les lundis, sans autres interruptions que celles des vacances scolaires, nous étions présents pour marquer notre désapprobation, certes, mais surtout montrer symboliquement que nous ne désarmerions pas. Parfois nombreux, parfois peu, nous avons durant ces nombreux mois argumenté sans relâche. Oh, bien sûr… face à nous des fonctionnaires de l’Etat se sont succédés, plus ou moins à l’écoute, plus ou moins zélés… Jusqu’à l’actuelle Rectrice qui incarne la ligne dure de l’UMP  et du gouvernement jusqu’à la caricature, expression parfaite d’une politique qui considère que l’éducation n’est pas une priorité, surtout quand elles est nationale, et qui supprime sans sciller des postes par milliers. Alors dans ces conditions, il est certain que nous n’avons pas pu changer grand chose… Mais nous avons, en revanche, montré que les socialistes sont déterminés, cohérents, constants dans leur combat, et que les Français pourront compter sur eux en 2012. Loin des simples slogans, des formules, des coups de menton… concrets, solides. Alors, jusqu’en 2012, jusqu’à la victoire, nous continuerons à nous rendre, chaque lundi à 11h30, devant la Préfecture, pour dire que oui, nous sommes encore là, parce que parents, élèves et enseignants ont besoin d’u projet, ont besoin d’un espoir.

Bravo aux parents et professeurs du collège Jean Jaurès !


Il est rare qu’on ait l’occasion de se rendre dans un  collège vers… 23h30. C’est pourtant ce que j’ai fait hier, et je veux rendre ici un hommage à la fois chaleureux et admiratif aux parents et professeurs du collège Jean Jaurès à Lomme. Toujours aussi mobilisés, ils organisaient hier une occupation nocturne du collège pour protester contre  la fermeture d’une classe cette année (cf.mon article « Halte à la casse ! » du 21.02.2011). Ambiance conviviale mais déterminée, les « occupants » ont été rejoints a différents moments de la soirée par quasiment tous les professeurs, mais aussi par de très nombreux parents d’élèves et même aussi par des collégiens eux-mêmes, qui malgré leur jeune âge ont parfaitement compris les enjeux. Madame la Rectrice est restée fidèle à elle-même, à sa ligne de conduite, à son intransigeance, son aveuglement, sa surdité volontaire… et à sa volonté de toucher sa prime à la casse ! Un seul mot : bravo à toutes et tous !

Une casse méthodique


La situation de l’Education nationale est absolument catastrophique. Par pure idéologie libérale, par dogmatisme totalement détaché des réalités, le gouvernement est en train de casser, méthodiquement, le service public auquel nous confions nos enfants, les adultes de demain. Ci-dessous l’intervention que j’ai faite cet après midi en séance plénière au Conseil général :

« Monsieur le Président, chers collègues,

Je souhaite attirer votre attention sur la situation à laquelle se trouvent confrontés de très nombreux collèges du département. Nous siégeons, en tant que conseillers généraux, dans les conseils d’administration de ces établissements qui ont découvert ces dernières semaines les dotations globales horaires (DHG) qui s’appliqueront dès la prochaine rentrée scolaire.

Collège Jean Monnet de Caudry, collège Jean Moulin d’Iwuy, collèges Paul-Duez et Fénelon à Cambrai, collège Alphonse Terroir à Marly, collège Paul Machy de Dunkerque, collège Boris Vian de Lille,…..mais aussi à Tourcoing, Wallincourt, Cassel, Loon Plage, Houplines… Partout dans le département, la presse régionale fait état quasi-quotidiennement de l’inquiétude et de la colère à la fois des enseignants, des parents d’élèves ou d’élèves, et de leur mobilisation contre la suppression par l’Education nationale de moyens humains et financiers. Ces baisses de la DHG vont entraîner mécaniquement des suppressions de postes et un appauvrissement du contenu pédagogique.

J’étais vendredi dernier aux côtés des enseignants, des parents d’élèves et des élèves du collège Jean Jaurès à Lomme, où le rectorat annonce la suppression de 70 heures dans la dotation globale horaire pour la prochaine rentrée scolaire. Cette mesure entraînera notamment la suppression d’un poste en lettres et d’un poste en mathématiques ; ainsi que la remise en cause de nombreux projets pédagogiques qui se sont développés au sein de cet établissement dynamique.

Je veux rendre hommage ici à leur combativité, à leur sens du service public, et aussi au travail particulièrement difficile des principaux de collèges qui, tant bien que mal, tentent d’imaginer des solutions de répartition horaire qui préservent l’intérêt des collégiens.

Pour l’année scolaire 2010 – 2011, ce sont presque 650 postes qui devraient être supprimés dans les collèges et lycées de l’académie de Lille.

Le gouvernement a fait le choix dogmatique de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Cette situation a entraîné, d’ores et déjà, la suppression en moins de 4 ans de plus de 70 000 postes dans l’Education nationale, 45 000 enseignants et 25 000 personnels de surveillance et administratifs. C’est absolument dramatique et totalement incohérent. Comment peut-on pointer l’échec scolaire d’une part, fixer des objectifs prétendument ambitieux d’autre part, et supprimer un peu plus chaque année le poids des contenus pédagogiques et celui d’un encadrement pérenne ?

Investir dans l’éducation, c’est investir pour l’avenir de nos enfants et au-delà se projeter et construire la société de demain. Mais les gouvernants actuels veulent-ils réellement former les citoyens de demain ? Ceux dont on aura fait des hommes, dignes de ce nom, prêts à réfléchir, et donc peut-être à contester. Cet investissement, c’est le choix du département du Nord sous votre autorité, Monsieur le Président, mais aussi des communes et des régions qui se mobilisent pour assurer à chaque enfant, à chaque jeune, la réussite scolaire qu’il mérite et qui est à sa portée si on lui en donne les moyens.

Dès lors, Monsieur le Président, mon propos porte sur la nécessité d’interpeller M. le Recteur de l’académie de Lille sur la légitime inquiétude des nordistes face aux suppressions de postes dans l’Education Nationale, et d’apporter ainsi notre soutien à la communauté éducative et aux familles.

Je vous remercie. »

%d blogueurs aiment cette page :