Belle journée !


Yves Durand

Belle journée que celle de ce dimanche… à renouveler dimanche prochain. Belle à plus d’un titre. D’abord, bien sûr, parce que les résultats des élections législatives en France laissent présager une majorité à l’ensemble de la gauche ; belle journée, ensuite, parce que le Parti socialiste à lui seul peut commencer à rêver, prudemment certes, de la majorité absolue ; belle journée encore parce que le projet du Président de la République François Hollande va pouvoir s’appliquer en profondeur dès cet été ; belle journée parce que les Français ont compris que les promesses du candidat étaient sérieuses, et qu’ils ont pu constater qu’il les appliquait dès son arrivée à l’Elysée ; belle journée enfin, parce qu’Yves Durand, dans la XIème circonscription du Nord, peut envisager le deuxième tour sur une base solide. Les Lommoises et les Lommoises lui ont donné la majorité absolue dans leur ville dès le premier tour, à près de 52%. Les électeurs de l’ensemble de la circonscription lui ont apporté près de 40% des voix… ce qui constitue une bien belle performance, quand on songe qu’Yves Durand est un peu moins connu dans la canton de Lille sud-ouest (récemment rattaché à cette circonscription redécoupée), et quand on se rappelle surtout que onze autres candidats se présentaient hier.

C’est je crois le signe d’une véritable reconnaissance du travail d’un député qui allie à la fois l’expertise au niveau national, l’implication dans le travail de l’Assemblée, et la présence permanente sur le terrain. Yves est aujourd’hui incontestablement l’un des principaux spécialistes français dans le domaine de l’éducation, et il a largement contribué à structurer le projet de François Hollande sur ce sujet complexe. L’expérience d’aménagement du temps de l’enfant (ATE) qui sera menée à Lomme dès la rentrée prochaine doit beaucoup à sa volonté de faire bouger les choses, de considérer l’éducation comme une stratégie globale et partenariale qui dépasse largement l’enseignement dispensé par l’école. Quelque chose me dit que cette expérience est d’ores et déjà regardée de près par bien des acteurs de l’éducation dans ce pays ;-)… Mais Yves Durand est aussi un homme de terrain qui est en permanence présent à vos côtés, dans l’ensemble de la XIème circonscription. Le ré-élire député dimanche, c’est apporter une pierre solide à l’édifice que François Hollande nous a proposé de bâtir ensemble, c’est donner au Président les moyens de tenir ses promesses, toutes ses promesses, c’est contribuer à donner une majorité au changement, c’est désigner une voix qui porte, une voix respectée, une voix expérimentée. Plus que jamais il faut donc éviter l’abstention ou se laisser à penser que les choses sont faites. Pas une voix ne doit manquer à Yves Durand dimanche, pour le changement !

Publicités

QUAND LA FEBRILITE S’INVITE DANS LA CAMPAGNE…


Le conseiller général sortant a un peu de mal à accepter que je pose (voir la page « Mes propositions« ) devant un panneau « Non à l’A24« . Je passe tout de suite sur l’argument « C’est assez drôle de voir mon concurrent socialiste poser devant une maison bourgeoise des Weppes, dans les champs, à côté d’un énorme camembert alors même qu’il n’y a jamais mis les pieds. Mais c’est incontestablement là une posture politicienne pour mieux glaner quelques voix dans les Weppes. S’il en est là, laissons-le ! ». Chacun comprendra pourquoi. Je préfère mettre cela sur le dos du manque de sérénité, et traiter du fond.

Il y aurait donc mensonge sur l’A24, et notamment sur le positionnement d’Yves DURAND.

Je me contenterai de citer des extraits de la lettre que ce dernier, député de la XIème circonscription, a fait parvenir au Président de Lille Métropole Communauté Urbaine, Pierre MAUROY, le 18 janvier 2007 :

« Lors du conseil de communauté du 21 décembre 2006 vous avez décidé de créer un groupe de travail chargé de faire des propositions alternatives au tracé proposé par le Ministre des Transports pour l’éventuelle autoroute A24. Elus du secteur concerné par ce tracé, nous tenons à faire des propositions concrètes dans le cadre de ce groupe de travail. Comme l’ensemble du conseil de communauté, nous affirmons trois exigences  :

ü      la nécessité d’un ring autour de la métropole permettant de dégager au maximum le centre ville comme il en existe dans la plupart des agglomérations européennes,

ü      la desserte de l’ensemble des zones d’activités économiques que nous avons inscrites dans notre plan de développement économique dont l’agriculture fait d’ailleurs partie,

ü      la fluidité des déplacements à l’intérieur de la métropole tant sur le plan des marchandises que des voyageurs.

Lors des débats autour de la A24, nous avons pu démontrer, qu’au regard de ces trois principes directeurs, l’autoroute A24, dans son tracé proposé, était inutile et ne répondait nullement à ces exigences. Irréalisable du fait de la décision des Belges, elle ne pouvait en aucun cas constituer un ring, l’absence de connaissance sur l’emplacement des échangeurs la rend inutile au développement de nos zones d’activités et en fait une autoroute essentiellement de transit entre Paris, Amiens et la Belgique sans aucune conséquence favorable sur les déplacements internes à la métropole. De plus, le refus réitéré des Belges la transforme en « cul‑de‑sac » au Pont du Badou.

Par ailleurs, rien ne prouve que l’autoroute, à l’intérieur même de la métropole, ne provoquera pas un afflux supplémentaire de voitures alors que nous voulons précisément maîtriser son utilisation à l’intérieur de notre zone urbaine. (…)

Quel contournement pour la métropole ? Nous proposons de réaliser tous les projets décidés : en dehors de la mise à 2 fois 3 voies de la A25 prévue au contrat de plan, la rocade de la Lys doit être accélérée. Une étude sur un ring utilisant des voies existantes ou à réaliser doit être faite. Pourquoi ne pas envisager un grand contournement au‑delà de la zone actuellement urbanisée capable en même temps de désenclaver la Sambre d’un côté et de renforcer l’attractivité du littoral de l’autre.« 

Les choses sont donc claires sur ce point.

Je me contenterai également, sans les commenter, de citer trois interventions du conseiller général sortant, sur le même sujet :

– le 16 janvier 2006, sur son blog : « A24 : marre du double langage et des menaces (…) je ne peux que m’élever contre ceux qui simplement disent « Non à l’A24 ». C’est là un mauvais slogan et comme tou sles slogans, il cache de nombreuses hypocrisies, à commencer par celle de ne pas vouloir l’autoroute chez soi, le fameux syndrôme « NIMBY » : « Not In My Back Yard » qui signifie « pas dans ma cour », c’est-à-dire « mettez vos nuisances ailleurs que dans mon jardin ». Il faut sortir de ce débat stérile et imposer l’idée qu’une autoroute peut aussi desservir des territoires qui économiquement et socialement en ont besoin« .  Les hypocrites apprécieront…

– le 1er juin 2006, sur son blog : « A24, je reste POUR, pour des raisons de sécurité routière (…) Face au caractère accidentogène des autoroutes de notre région (Osons regarder la réalité en face !), il apparaît que l’A24 est plus que jamais nécessaire » 

– lors d’une réunion publique à Radinghem, le 5 février 2006 : « Je ne pense pas que le grand sénateur Octave Bajeux souhaitait que les Weppes soient un village d’Astérix aux portes de Lille. Je sais que d’autres territoires ont besoin de l’A 24, il faut que cette autoroute soit envisagée dans son ensemble » (Ce à quoi il lui fut rétorqué : « Ils sont où les Romains ? ». Vous trouverez le compte-rendu de cette réunion ici : http://209.85.129.104/search?q=cache:5tdWrDEwAl0J:pollution.nord.free.fr/asso/radinghem200602.htm+A24+%2B+vinckier&hl=fr&ct=clnk&cd=2&gl=fr)

Quant au « tri soigneux des commentaires » que je collecte, qui m’aménerait à en censurer certains… si c’est le cas, que les censurés se fassent connaître !

Un peu de sérénité !

%d blogueurs aiment cette page :