Le Temps Libre rénové à Erquinghem …


Sympathique  réception hier soir à Erquinghem-le-Sec, dans le canton de Lomme, où nous inaugurions avec Eric PAURON, maire, la Maison duTemps Libre…. ou plutôt la Maison du Temps Libre rénovée. Les Erquinghemois connaissent bien cette salle qui accueille chaque année les voeux du maire. Celle-ci n’était pourtant plus utilisée comme elle l’avait été par le passé, sous forme en quelque sorte de salle de fêtes pouvant être louées à des associations ou des particuliers. L’insonorisation était en cause, et le voisinage se plaignait à juste titre d’émergences sonores préjudiciables au calme du quartier. Le taureau fut donc prit par les cornes par la municipalité et le Conseil général, et c’est une salle totalement transformée que nous inaugurions hier : plafond refait, flux d’airs froids et chaud repensés, murs refaits, ouvertures réorganisées, insonorisation totale… Erquinghem bénéficie désormais d’une salle utilisable dans toutes les conditions et dans le plus grand calme.

L’occasion pour moi de rappeler l’engagement du Conseil général dans l’équipement des communes (en l’occurrence, ici, 44% du budget total), mais aussi la qualité de vie, réelle, qui est celle des communales rurales. Et j’ai pu aussi affirmer, très sincèrement, mon véritable plaisir d’être conseiller général d’une partie des Weppes et, qui plus est, désormais libérée de la menace d’une autoroute A24 qui serait venue défigurer notre territoire !

Publicités

A24 : affaire enfin réglée !


Ca y est : le fameux Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) est sorti il y a quelques jours. Ce document qui nous avait été annoncé par les Préfets successifs regroupe l’ensemble des projets structurants de transports retenus par l’Etat. Ferroviaire, fluvial, routier… tout y est. Et pour la métropole lilloise, secteur sur lequel je me suis jeté comme vous l’imaginez, n’apparaît que le contournement sud de Lille (en gros de Seclin à la frontière belge). Issu du fameux (fumeux ?) Grenelle de l’Environnement, le document cible une soixantaine de mesures sur tout le territoire. Notons que le Préfet, en son temps, m’avait indiqué que les élus concernés seraient associés à la réflexion et à la concertation avant la mise au point de ce document. De concertation point. Peu importe : le retrait définitif du projet d’autoroute A24 est une belle victoire pour tous ceux qui se sont mobilisés depuis de nombreuses années. Et particulièrement pour le canton de Lomme. L’autoroute en question serait venir saccager une partie des Weppes pour aboutir sur un quasi cul-de-sac routier à la frontière belge. Absurde. D’errements en approximations, de promesses en propos flous (cf. les articles précédents sur ce sujet), ce projet aura connu bien des rebonds. Nous en voilà libéré. Enfin.

AUTOROUTE A24 : JE NE LÂCHERAI PAS !


autorouteJe ne vous fais pas le résumé de tous les épisodes précédents, ces dernières années, concernant le destin de ce que nous espérons être l’ex-future autoroute A24. Rappelons néanmoins que le Préfet Daniel Canepa, avant de partir vers un autre destin, avait affirmé que ce dossier était « en apesanteur« . Prenant sa succession, l’actuel Préfet Jean-Michel Bérard expliquait quant à lui que le projet est « sur la touche« . Certes… mais j’avais quand même écrit à ce dernier en novembre 2008 pour lui demander où en est EXACTEMENT ce projet d’autoroute et s’il est REELLEMENT abandonné. Plus d’apesanteur ni de touche dans la réponse qui m’avait été apporté (voir les articles précédents sur le sujet). JM Bérard m’indiquait qu’un Schéma national des infrastructures de transport (SNIT) serait présenté fin 2009, que ce document serait élaboré en coordination et concertation avec les élus et collectivités concernées. Nous sommes en octobre, et nulle trace du SNIT, encore moins de concertation… ni d’abandon explicite du projet A24. J’ai donc repris la plume pour réinterroger le Préfet sur le sujet (en notant par ailleurs que je ne suis pas le seul à m’inquiéter du silence gouvernemental, un parlementaire UMP ayant interpellé le Ministre). Vous trouverez ci-dessous le texte de cette lettre. Je ne lâcherai pas… et vous tiendrai bien entendu informé des suites :

« Monsieur le Préfet,

Le 24 novembre 2008, lors de votre rencontre avec les élus du Conseil Général du Nord réunis en séance plénière, je vous avais transmis un courrier afin d’attirer votre attention sur l’avenir du projet de liaison autoroutière A 24.

Ce courrier faisait suite à vos propos tenus dans la presse où vous aviez confirmé la « mise sur la touche » de la liaison rapide Amiens-Lille-Belgique (A24).

Par réponse du 11 décembre 2008, vous m’aviez précisé que la démarche du Grenelle de l’Environnement entendait réformer en profondeur la politique des transports afin de la rendre compatible avec les objectifs de développement durable et de l’orienter vers les modes alternatifs à la route.

Ainsi, afin de coordonner et de planifier les différents projets, un Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) devait être élaboré afin d’être opérationnel en cours d’année 2009, les grands projets d’infrastructures en cours, dont l’A24 et le contournement de Lille, devant faire quant à eux l’objet d’une évaluation socio-économique.

Or, à la lecture des débats parlementaires du Sénat (JO Sénat du 06/08/2009, intervention de M. Louis NEGRE), il apparaît que le gouvernement n’a communiqué ni le calendrier, ni l’état d’avancement actuel de la procédure, ni même les modalités et le déroulement de la concertation avec les collectivités.

Vous comprendrez que l’absence de réponse confirmant un abandon définitif du projet condamné unanimement, engendre des difficultés aux élus du canton de Lomme, car il est difficile, dans ce cadre, d’envisager tout aménagement du territoire à moyen et court terme.

Dès lors, je souhaitais savoir si vous disposiez d’informations nouvelles sur ce dossier, et notamment sur l’évaluation socio-économique qui devrait être réalisée. En effet, nous sommes tous dans l’attente de cet abandon pour envisager un développement cohérent de ce territoire et sauvegarder la qualité de vie que nous devons à ces habitants.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments les meilleurs. »

A24 : NON MONSIEUR VANNESTE !


Je découvre dans la presse (Voix du Nord du 6 janvier) avec quelques jours de retard que le député UMP de Tourcoing Christian Vanneste vient d’écrire au Secrétaire d’Etat auxfin-autor Transports, Dominique Bussereau, à propos de l’autoroute A24. « Dans le cadre des investissements intégrés au plan de relance présenté à Douai par le Président de la République« , précise-t’il, « la réalisation de l’autoroute de contournement ouest de l’agglomération lilloise, suivant le tracé par le pont de Badou, solution privilégiée lors des conclusions du débat public, devrait être envisagée (…) Les difficultés de circulation dissuadent les investisseurs de s’implanter sur le territoire métropolitain« . Non, monsieur Vanneste ! Il s’agit là du petit bout de la lorgnette. D’abord parce que c’est une vision égoïste des choses, qui méconnaît totalement les problématiques de préservation de l’environnement et du cadre de vie, notamment dans les Weppes (accessoirement, je vous rappelle Mr Vanneste que ce projet est incompatible avec votre Grenelle UMP de l’environnement). Ensuite parce que l’A24 par le pont de Badou ne déboucherait sur… rien en Belgique, et ne manquerait pas de créer un nouveau goulot d’étranglement. Enfin parce que, l’A24 telle qu’elle est prévue ne dessert pas la Métropole lilloise mais ne fait que la traverser : les investisseurs selon vous dissuadés de s’y implanter n’y trouveraient donc pas de solution plus adaptée. Enfin, Monsieur Vanneste, vous ignorez totalement un élément, dans votre demande au Secrétaire d’Etat : la mobilisation sans faille des habitants et des élus des Weppes.

AUTOROUTE A24 : VIGILANCE !


Nous l’avons répété sans cesse… et le Préfet nous donne raison : le projet d’autoroute A24 n’est pas abandonné ! C’est lorsqu’il a été reçu par les élus du Conseil régional que Daniel Canépa, Préfet de région, a « lâché le morceau ». Houleuse réunion lors de laquelle les échanges furent vifs entre le représentant de l’Etat et le Président du Conseil régional Daniel Percheron. Entre deux oppositions frontales, la question des transports fut donc abordée et le Préfet expliqua exactement ceci concernant l’A24 : « on est en situation d’apesanteur, mais pas d’enterrement« . Nous en serons plus bientôt, puisque Daniel Canépa a demandé au gouvernement une position officielle sur la question. Réponse début 2009. Je vous tiendrai évidemment informés de toute nouvelle information et vous assure de nouveau de mon entière détermination pour lutter contre ce projet absurde.

%d blogueurs aiment cette page :